fbpx

Silk Road : le fondateur du site restera derrière les barreaux

Par

le

Alors qu’il purge une peine à perpétuité pour son rôle dans le marché de la drogue du dark web Silk Road, Ross Ulbricht n’a finalement pas été gracié par Donald Trump.

Alors que sa présidence touche à sa fin, Donal Trump a gracié 73 personnes tandis que 70 autres ont vu leur peine commuée. Malgré les spéculations selon lesquelles le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et Ross Ulbricht, de Silk Road, bénéficieraient de la clémence du président américain, ils n’ont pas figuré sur la liste.

Le lanceur d’alerte et fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, qui purge actuellement une peine de 50 semaines dans la prison de Belmarsh à Londres pour avoir renoncé à sa caution en 2012, a évité l’extradition vers l’Amérique au début du mois. Il est recherché aux États-Unis pour violation de la loi sur l’espionnage de 1917.

L’actrice Pamela Anderson, l’un des soutiens surprises, a déclaré que le président envisageait une grâce pour le ressortissant australien. Mais Assange ne faisait pas partie de ceux qui ont reçu des subventions exécutives de clémence.

Le mois dernier, un article du Daily Beast a déclaré que Trump avait exprimé sa sympathie pour Ross Ulbricht. Le fondateur du célèbre marché de drogue en ligne du dark web Silk Road purge une peine à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle; une sanction que beaucoup disent disproportionné par rapport au crime commis. Le plus gros vendeur de drogue de Silk Road a été condamné à dix ans, tandis que les autres administrateurs du site ont été condamnés à une peine comprise entre 17 mois et six ans et demi.

Comme Assange, Ulbricht n’a finalement pas reçu de grâce de Trump. A l’inverse, l’ancien conseiller Steve Bannon, les rappeurs Lil Wayne et Kodak Black et Anthony Levandowski ont eux été retenus. Rappelons que pour Levandowski, ce dernier a plaidé coupable d’un chef d’accusation de vol de secrets commerciaux à Google.

Levandowski a fondé la start-up de camions sans conducteur, Otto, après avoir quitté Waymo, propriété de Google, qui a ensuite été vendue à Uber. Il a admis avoir pris 14000 dossiers de son ancien employeur, y compris un document sensible décrivant les plans, les mesures et les solutions technologiques de Waymo pour son projet de voiture autonome. Il a écopé de 18 mois de prison, mais la peine ne devait commencer que lorsque la pandémie s’est atténuée.

Le mois dernier, Trump a gracié l’ancien membre du Congrès américain Duncan Hunter, qui a plaidé coupable pour l’utilisation abusive de plus de 250000 dollars de fonds de campagne sur des dépenses personnelles, dont 1500 dollars pour des jeux sur Steam.

Voici la liste complète des personnes graciées par Donald Trump.


Articles recommandés