fbpx

Facebook menace de fermer ses réseaux sociaux en Europe

Par

le

Facebook menace de cesser ses activités en Europe suite à la mise en place de nouvelles règles sur le transfert de données.

Le mois dernier, la Commission irlandaise de protection des données (DPC) a envoyé à Facebook une ordonnance préliminaire pour cesser de transférer les données des utilisateurs européens aux États-Unis, après qu’une Cour de justice européenne a jugé que la législation américaine sur la protection de la vie privée n’était pas adéquate. À défaut, Facebook pourrait être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à quatre pour cent de son chiffre d’affaires annuel, soit environ 2,8 milliards de dollars si l’on se fie à son chiffre d’affaires mondial en 2019.

Selon un dossier du tribunal de Dublin, le géant social a déclaré que la décision de la DPC rendrait impossible l’offre de ses services dans l’UE aux 410 millions de personnes qui utilisent constamment Facebook et Instagram. Mais plus important encore, la société a intenté une action en justice contre la DPC, alléguant qu’elle a été distinguée dans une mer de plus de 5000 entreprises qui dépendent des Clauses Contractuelles Types (CCT) et du bouclier de protection des données pour effectuer les transferts de données UE-États-Unis.

Facebook estime que la décision du DPC était prématurée et conteste l’impact potentiel qu’une telle mesure pourrait avoir sur l’économie européenne, car les CCT sont également utilisées par d’autres géants de la technologie, ainsi que par des banques, des compagnies aériennes et de nombreuses petites entreprises. La société exhorte les régulateurs à réfléchir à une approche plus pragmatique avant de trouver une solution durable à long terme.

La DPC a émis l’ordonnance préliminaire afin d’éviter que les données des résidents européens ne soient stockées ou traitées aux États-Unis, où elles pourraient faire l’objet de programmes de surveillance de masse. Il fait également preuve de force après avoir critiqué de plus en plus qu’il ne fait pas assez pour appliquer le RGPD aux grandes entreprises technologiques.

Yvonne Cunnane, responsable de la protection des données de Facebook Ireland et avocate générale associée, a noté que « le fait qu’une personne soit responsable de l’ensemble du processus est pertinent par rapport aux préoccupations de [Facebook], eu égard à l’insuffisance du processus d’enquête engagé et à l’indépendance de processus de prise de décision. »


Articles recommandés