fbpx

Huawei accusé d’avoir construit en secret le réseau mobile de la Corée du Nord

Par

le

Selon le Washington Post, le fabricant chinois Huawei aurait secrètement aidé la Corée du Nord à créer son réseau mobile.

Si Huawei espérait améliorer sa réputation à la suite de l’interdiction de facto imposée par les États-Unis, c’est raté. Le Washington Post et 38 North ont publié des rapports conjoints indiquant que Huawei avait participé à la construction de Koryolink, le réseau mobile très restrictif mis en service en Corée du Nord en 2008. Selon des documents, Huawei a noué un partenariat avec Panda International Information Technology, une entreprise publique chinoise, sur des projets en Corée du Nord pendant au moins huit ans, la coopération ayant commencé lorsque le dictateur d’alors, Kim Jong Il, a visité le siège de Huawei en 2006. Huawei a fourni des éléments tels que l’infrastructure cellulaire, la gestion de réseau et le cryptage, tandis que Panda a fourni les logiciels et transporté le matériel de Huawei.

Il est bien établi que Koryolink permet d’espionner les utilisateurs, bien que les nouveaux détails suggèrent que le système est plus élaboré que prévu. Bien que l’on sache que le réseau est très restrictif pour les locaux (qui ne peuvent pas passer d’appels internationaux ni accéder à Internet) et moins attrayant pour les visiteurs (sauf les appels locaux et l’intranet de l’état), l’élite gouvernementale utilise un cryptage local pour assurer leur les conversations ne peuvent pas être surveillées. On a demandé à Huawei de vérifier si le cryptage fonctionnait correctement, tandis que Panda fournissait le logiciel de support.

Pendant ce temps, tout le monde est sujet à un éventuel espionnage via des passerelles d’interception supportées par Huawei qui permettent aux forces de l’ordre de capter des appels, des messages, des données et même des fax. Le système de surveillance devait initialement couvrir jusqu’à 2 500 cibles, mais a été étendu à 5 000 cibles. La taille du système n’est pas précise, même si la Corée du Nord a depuis renforcé son contrôle pour bloquer les applications non approuvées et prendre des captures d’écran aléatoires pour enregistrer l’activité des utilisateurs.

Huawei a déclaré au Washington Post qu’il « n’a pas de présence commerciale » en Corée du Nord, même si l’accent était clairement mis sur le présent. Le porte-parole n’aurait pas précisé si Huawei avait déjà fait des affaires dans le pays, ni confirmé ou nié la légitimité des documents détaillant la connexion nord-coréenne. Huawei ne gère plus Koryolink, dont le nombre d’utilisateurs a été largement dépassé par le réseau Kang Song soutenu par ZTE lancé en 2013.

La préoccupation ne réside pas seulement dans le fait que Huawei a soutenu une dictature oppressive, mais aussi dans le fait qu’elle a pu faire fi des lois et des sanctions. Les experts estiment que l’équipement 3G de Huawei pour Koryolink utilisait au moins certains composants américains. Comme Panda a été interdit de recevoir du matériel d’origine américaine en 2014, Huawei a peut-être enfreint l’interdiction d’exportation américaine si l’un de ses équipements comprenait au moins 10% de contenu américain. Le géant de la technologie était apparemment déterminé à garder son travail nord-coréen à l’abri des regards, après avoir baptisé le pays « A9 » pour éviter de toute évidence des preuves accablantes. L’Iran (qui aurait été sollicité par Huawei malgré les sanctions américaines) et la Syrie ont reçu des noms de code similaires.

Le département du commerce américain a refusé de commenter. Cependant, en privé, un fonctionnaire du département d’Etat a déclaré au quotidien américain que les documents montraient que Huawei n’est pas une entreprise fiable en raison de son empressement apparent à éviter et à enfreindre la loi. La société fait déjà face à des accusations américaines pour avoir prétendument volé des secrets commerciaux et violé des sanctions. Il est difficile de savoir comment les révélations pourraient changer les choses, mais elles ne vont certainement pas aider les déclarations d’innocence de Huawei. Au contraire, ils pourraient renforcer les efforts de certains politiciens américains pour maintenir les sanctions, peu importe ce que veut le président.

Articles recommandés