Sciences

La nouvelle sonde de la Nasa volera dans l’atmosphère brûlante du Soleil

Par

le

La Nasa se prépare à lancer une sonde samedi pour étudier le Soleil plus près que tout autre objet fabriqué par l’homme auparavant.

La Nasa se prépare à lancer une sonde de 1,5 milliard de dollars destinée à «toucher» le soleil le 11 août, ce qui aidera les scientifiques à en savoir plus sur l’atmosphère brûlante de notre étoile préférée, connue sous le nom de couronne.

La sonde solaire Parker, nommée en l’honneur d’Eugene Parker, un astrophysicien âgé de 91 ans, arrivera dans les prochaines années à 6,16 millions de kilomètres du Soleil, soit la distance la plus proche jamais atteinte par un vaisseau spatial. C’est également la première fois que la Nasa nomme une mission après un individu vivant.

La sonde sans pilote, en construction depuis plus de cinq décennies, sera en activité pendant près de sept ans et traversera la couronne 24 fois. À chaque orbite, elle se rapproche de plus en plus du Soleil et finit par tourner autour de l’étoile à une distance inférieure à 10 rayons.

Elle croisera alors la route de Vénus et volera dans l’orbite de Mercure, sept fois plus près du Soleil que toute autre sonde.

Cela signifie que Parker sera dans l’atmosphère du Soleil, un endroit où les conditions peuvent devenir très chaudes et difficiles. Le côté faisant face au Soleil de la sonde supportera des températures d’environ 1370 degrés Celsius. Le vaisseau spatial est protégé par un bouclier thermique qui le maintiendra près de la température confortable de 29 degrés Celsius.

Accélérer à un rythme de 700 000 kilomètres par heure en fera «l’objet fabriqué par l’homme le plus rapide», a déclaré Nicola Fox la responsable scientifique de la mission au Laboratoire de physique appliquée de l’université Johns Hopkins, dans le Maryland.

Environnement étrange et inconnu

Une des raisons pour lesquelles les scientifiques envoient la sonde est pour connaître l’atmosphère du Soleil et la propriété étrange qu’elle présente, avec la chaleur de l’étoile qui devient plus intense plus loin de sa surface. L’agence spatiale américaine appelle cette disparité « le problème du chauffage coronal » et espère que la sonde solaire Parker résoudra le mystère de la température atteignant le million de degrés Celsius.

Nicola Fox a déclaré que les scientifiques ont déjà étudié la couronne « de toutes les manières imaginables », et qu’il faut maintenant l’examiner de plus près. « Nous devons entrer dans cette région d’action, où tous ces mystères se produisent réellement. »
Comprendre le fonctionnement de la couronne aidera les scientifiques à anticiper les tempêtes météorologiques dangereuses, susceptibles de perturber le réseau électrique terrestre.

« Il est fondamental pour nous de pouvoir prédire la météo spatiale de la manière dont nous prédisons le temps sur Terre », a expliqué Alex Young, un scientifique de la Nasa.

L’autre grand mystère est le comportement du « vent solaire », un terme inventé par Parker pour un flux de particules chargées émises par le Soleil afin de libérer de l’énergie. Une question clé à laquelle la sonde cherche à répondre est la manière dont le vent solaire est accéléré et, pour la première fois, les instruments à son bord seront en mesure de rechercher des réponses à la source même.

La sonde est protégée par un écran en composite de carbone de 11,43 centimètres, conçu pour résister à 500 fois le rayonnement solaire sur Terre. Une série d’instruments à bord du vaisseau spatial mesurera les champs magnétiques et électriques, les ondes de plasma et les particules à haute énergie.

Il y a aussi un imageur de lumière blanche, qui prend des photos de ce que le vaisseau spatial est sur le point de « traverser », a déclaré Fox. « Le but est d’avoir des instruments en permanence, mais le principal rassemblement scientifique pour nous est d’environ 11 jours », a-t-elle déclaré à la presse avant le lancement.

Une fenêtre de lancement de 45 minutes s’ouvre samedi à 3h48 heure locale.

La sonde de la taille d’une voiture est déjà embarquée sur la fusée Delta IV-Heavy de la base aérienne de Cape Canaveral en Floride.

Articles recommandés