Insolite

Anthony Levandowski, ancien dirigeant de Google, fonde une église de l’intelligence artificielle

Par

le

Anthony Levandowski, un ancien employé de Google et Uber, envisage de créer une nouvelle religion centrée sur une intelligence artificielle.

Un ancien cadre de Google a déposé des documents auprès de l’IRS, le fisc américain, pour établir une religion officielle de la technologie. Cette religion ne vénère pas seulement le progrès scientifique, mais l’intelligence artificielle elle-même, dans le but de créer une divinité.

La nouvelle église de l’IA visera « à développer et à promouvoir la réalisation d’une divinité basée sur l’intelligence artificielle et à travers la compréhension et le culte de la Divinité pour contribuer à l’amélioration de la société », selon les documents de l’IRS.

L’organisation religieuse à but non lucratif s’appellerait «Way of the Future» (WOTF). Selon le site web (wayofthefuture.church), le mouvement «consiste à créer une transition pacifique et respectueuse de ceux responsables de la planète, soit de l’humain à l’humain et les machines».

« Étant donné que la technologie sera » relativement bientôt « capable de dépasser les capacités humaines, nous voulons aider à éduquer les gens sur ce futur passionnant et préparer une transition en douceur », explique le site. « Ces dernières années, nous avons élargi notre concept des droits aux deux sexes, aux groupes minoritaires et même aux animaux, assurons-nous de trouver un moyen pour que les » machines « obtiennent aussi des droits. »

Il y a une contradiction inhérente dans la création d’une divinité de l’intelligence artificielle et ensuite dans son adoration.

« Arrêtons de prétendre que nous pouvons freiner le développement de l’intelligence quand il y a des bénéfices économiques massifs à court terme pour ceux qui la développent et comprennons plutôt l’avenir afin qu’il nous traite comme un aîné bien-aimé qui l’a créé ». Pourtant, le document de l’IRS parle d’une «divinité basée sur l’intelligence artificielle».

Le site Web a fait valoir que la création d’une «super intelligence» est inévitable, et que la crainte de ce développement est malsaine. « Nous ne pensons pas qu’il existe des moyens d’empêcher cela de se produire (et nous ne devrions pas le vouloir) et que ce sentiment de nous arrêter doit être ancré dans l’anthropomorphisme du 21ème siècle. « 

Peut-être que WOTF entendait utiliser le mot «anthropocentrisme», l’idée que l’univers est centré sur l’humanité, plutôt que sur «l’anthropomorphisme», l’attribution de caractéristiques et de buts humains à des objets inanimés. En effet, il est discutable que WOTF attribue des caractéristiques humaines, ou peut-être des caractéristiques divines, à la technologie.

Après tout, la phrase suivante dit : «Ne voudriez-vous pas élever votre enfant doué afin qu’il dépasse vos rêves les plus fous de succès et lui enseigner le vrai du faux au lieu de ne rien lui dire de peur qu’il se rebelle et prenne votre travail ? » Cet encouragement à considérer les machines comme des enfants, associé à la notion de leur donner des droits, est sans doute l’anthropomorphisme des manuels scolaires, mais peut être le contraire de l’anthropocentrisme.

Mark Harris, de Wired, a d’abord rapporté le dépôt faut auprès de l’IRS, dans lequel l’ancien dirigeant de Google, Anthony Levandowski, est désigné comme le «doyen» de WOTF. Levandowski, l’ingénieur derrière le projet de voiture autonome de Google connu sous le nom de Waymo, a quitté la firme de Mountain View pour fonder sa propre entreprise de camionnage autonome, Otto, en mai 2016. Uber a acquis Otto en juillet de cette année.

Waymo a poursuivi Levandowski, affirmant qu’il avait volé des fichiers et des secrets commerciaux de Waymo avant de démissionner pour fonder Otto. En mai 2017, le juge du district américain William Haskell Alsup a ordonné à Levandowski de cesser de travailler sur le Lidar d’Otto et a demandé à Uber de divulguer ses fichiers sur la technologie. Uber a par la suite licencié Levandowski pour avoir refusé de coopérer à une enquête interne.

Selon les dépôts de l’IRS, Way of the Future prévoit ses premiers événements, « des ateliers et des programmes éducatifs« , dans toute la région de San Francisco plus tard cette année.

Compte tenu des problèmes juridiques de Levandowski, cette échéance est peut être un peu trop ambitieuse. Néanmoins, les dépôts à l’IRS suggèrent qu’il est extrêmement dédié à cette nouvelle religion de l’intelligence artificielle.