fbpx

Jeff Bezos victime d’un chantage aux photos intimes par le National Enquirer

Par

le

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a publié un incroyable billet personnel sur la plateforme Medium, détaillant ce qu’il prétend être de l’extorsion et du chantage de la part du tabloïd américain National Enquirer.

Une histoire impliquant du chantage, des photos nues, l’homme le plus riche du monde et le président américain sonne comme l’intrigue d’un film Hollywoodien. Et pourtant, il n’en est rien. Le PDG d’Amazon affirme qu’il est extorqué et soumis à un chantage par le tabloïd National Enquirer, qui menace de publier des photos explicites de lui et de Lauren Sanchez.

Dans un long post sur le site Medium intitulé «No thank you, Mr. Pecker», Bezos pointe du doigt l’éditeur d’Enquirer, American Media Inc. (AMI), et son chef, David Pecker. Le milliardaire a présenté des courriels de dirigeants d’AMI qui menacent de publier des SMS et des photos intimes de Bezos, qui incluent des images intimes. Pour éviter cet embarras, il est invité à déclarer publiquement que la décision de l’Enquirer de publier un article sur sa liaison avec Lauren Sanchez n’était pas «à motivation politique ni influencée par des forces politiques».

Bezos a annoncé que lui et son épouse MacKenzie étaient en instance de divorce le mois dernier. Peu de temps après, Enquirer publia des SMS révélant ses relations avec l’ancienne présentatrice de Fox News, Lauren Sanchez. Cela a incité Bezos à engager le consultant en sécurité privée Gavin de Becker «pour déterminer les motifs des nombreuses actions inhabituelles prises par Enquirer».

« Mes avocats ont fait valoir qu’AMI ne détient pas le copyright de ces selfies et n’a pas le droit de les publier, car ils n’apportent rien d’utile », a écrit Bezos.

Pecker était apparemment « apoplectique » à propos de l’enquête de Bezos sur la source de l’article d’Enquirer et du recours par AMI à la tactique du « catch and kill », qui consiste à acheter les droits exclusifs d’une histoire et à faire en sorte qu’elle ne devienne jamais une nouvelle, généralement comme une faveur pour quelqu’un.

Bezos note que l’AMI a récemment conclu un accord d’immunité avec le Département de la Justice des États-Unis pour avoir utilisé cette méthode pour dissimuler un article sur l’affaire présumée de Donald Trump avec la mannequin Karen McDougal avant sa campagne présidentielle en payant 150 000 dollars pour l’exclusivité.

“Soyez rassuré, aucun vrai journaliste ne proposera jamais rien de ce qui se passe ici: je ne rapporterai aucune information embarrassante à votre sujet si vous faites X pour moi. Et si vous ne faites pas X rapidement, je signalerai les informations embarrassantes », a écrit Bezos.

Articles recommandés