fbpx

Hackers Bar : on peut boire un Blue Screen à Tokyo

Par

le

Quand il s’agit de trouver un endroit pour boire, Tokyo en a pour tous les goûts. Pour les hackers, il est désormais possible de boire un Blue Screen.

Créé et géré par Aki Nakao, le Hackers Bar est un bar qui accueille des événements de programmation en direct et propose une série de cocktails sur le thème de la technologie. On y trouve par exemple le « Blue Screen », qui fait référence à l’écran bleu « de la mort » qui s’affichait lorsque Windows plantait. Pour les utilisateurs de Mac il y a la boisson « Kernel Panic ».

Nakao, qui dirige également une société de tests ADN appelé Hymena, a eu l’idée d’ouvrir un Hackers Bar après avoir vu des artistes de rue à Boulder, dans le Colorado (USA) l’an dernier. Il voulait faire quelque chose de similaire, mais ne pensait pas que Tokyo serait le meilleur endroit. « Les japonais ne donnent pas d’argent aux musiciens de rue », dit-il en rigolant. » Et la meilleure chose que je pouvais faire était de programmer en direct, ce qui serait étrange dans un espace public. » Décider qu’un bar serait un meilleur choix pour coder, Nakao a fait le tour de Tokyo pour savoir si d’autres personnes seraient intéressées pour accueillir des événements de programmation, mais a fini par ouvrir son propre bar.

Selon Nakao, environ la moitié des clients du bar sont des novices en développement, et ses événements de programmation sont destinés à initier les débutants aux bases de la création de logiciels. « Je pense que les Japonais sont très intéressés par la programmation, » dit-il. «Ils sont intéressés par la façon dont le code se déplace sur l’écran, comme dans Matrix ou d’autres films de science-fiction. « Il y a trois écrans dans le petit bar, donnant à chacun une bonne idée de comment un hacker travaille. Ces événements se déroulent quatre fois par semaine – le bar n’ouvre qu’à 20 heures en semaine, mais Nakao veut inviter d’autres codeurs pour organiser des nuits de hacking le week-end aussi.

(Source)

Articles recommandés