Pegasus : la police fédérale allemande a secrètement acheté et utilisé le logiciel espion controversé

Par

le

La police fédérale allemande est accusée d’avoir acheté et utilisé le logiciel espion controversé Pegasus.

Selon des informations provenant d’Allemagne, l’Office fédéral allemand de la police criminelle (BKA) a acheté des logiciels espions au développeur israélien NSO. Le logiciel en question est le logiciel espion controversé connu sous le nom de Pegasus. Ce dernier a été utilisé par d’autres gouvernements pour espionner des journalistes et d’autres individus non criminels.

Le journal allemand Deutsche Welle (DW) note que le gouvernement fédéral a tenu une session à huis clos avec la commission parlementaire de l’intérieur du Bundestag. Lors de la réunion, il a confirmé que le BKA avait acheté le logiciel Pegasus à NSO Group en 2019. L’agence a effectué l’achat dans « le plus grand secret » contre l’avis d’avocats et de défenseurs de la vie privée qui ont fait valoir que le logiciel pouvait faire bien plus que ce que permettaient les lois allemandes sur la protection de la vie privée.

Des sources ont déclaré que la version de Pegasus achetée par BKA avait « certaines fonctions bloquées pour éviter les abus ». Cependant, quelles parties du logiciel ont été spécifiquement désactivées et comment ne sont pas claires.

Pegasus est capable de contourner les protocoles de sécurité des systèmes d’exploitation iOS et Android. Citizen Lab a confirmé cette année encore que Pegasus peut facilement échapper aux mesures de sécurité dans iOS 14. Il utilise diverses techniques pour tout capturer, des appels téléphoniques aux SMS en passant par les e-mails, les supports stockés et les informations de contact.

Pegasus peut également activer les fonctions microphone et vidéo pour espionner en temps réel. Les opérateurs peuvent l’utiliser pour enregistrer des conversations, accéder aux paramètres, lire les données de localisation et même contourner le cryptage des messages texte.

La vice-présidente du BKA, Martina Link, a déclaré à la commission parlementaire allemande que bien que le BKA ait acheté le logiciel, il ne l’a utilisé que pour surveiller le crime organisé et les opérations terroristes. Vraisemblablement, le BKA a limité cette surveillance à ce qui est autorisé par la loi allemande. Cependant, l’agence était loin d’être transparente sur son fonctionnement du logiciel, ne révélant aucun détail sur les données qu’elle avait obtenues et les méthodes utilisées.

NSO affirme n’avoir vendu le logiciel espion qu’à des entités gouvernementales, mais les défenseurs de la vie privée affirment que cela ne garantit pas que le logiciel ne sera pas abusé. En effet, DW a rapporté en juillet dernier que divers organes de presse avaient découvert une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone de cibles potentielles de Pegasus. Parmi eux se trouvaient des militants des droits de l’homme, des journalistes, de multiples chefs d’État, des ministres du gouvernement et de hauts diplomates.

Les députés demandent « des éclaircissements complets » au BKA sur qui « porte spécifiquement la responsabilité de l’achat et de l’utilisation du logiciel espion », qualifiant la révélation de « cauchemar pour l’état de droit ». De même, les journalistes allemands se révoltent, exigeant de savoir s’ils ont été espionnés et si leurs contacts ont été compromis.

« [Nous voulons savoir] si les journalistes ont été espionnés à leur insu, si leurs sources sont toujours en sécurité », a déclaré le président de l’Association des journalistes allemands Frank Überall, qualifiant les actions du BKA d' »incompréhensibles ».