fbpx

Mulan : pas de sortie en salles mais directement sur Disney+

Par

le

Disney a annoncé qu’il sortira son blockbuster Mulan directement sur sa plateforme de streaming et non dans les salles obscures.

Lors d’un appel aux actionnaires mardi, les dirigeants de Disney ont déclaré qu’ils avaient finalement fixé une date de sortie pour le film Mulan, dont la sortie a longtemps été repoussée. Le film sera diffusé sur le service de streaming de l’entreprise, Disney Plus, à partir du 4 septembre, mais ce n’était même pas la nouvelle la plus surprenante.

Apparemment, pour regarder Mulan, les téléspectateurs devront débourser 30 $ (environ 25 euros). Ces frais s’ajoutent à l’abonnement de 7 $ par mois à Disney Plus (6,99 euros par mois en France). Selon le PDG Bob Chapek, les frais supplémentaires sont traités plus comme un «achat». Il insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas de frais de location. Le paiement unique donne aux abonnés «un accès continu au film», tant qu’ils conservent leur abonnement.

« Nous voyons cela comme une opportunité de présenter ce film incroyable à un large public actuellement incapable d’aller dans les salles de cinéma, tout en améliorant encore la valeur et l’attrait de l’abonnement Disney Plus avec ce contenu », a déclaré le meilleur chien de Disney.

Cette stipulation « tant que vous êtes abonné » va à l’encontre d’un « achat » vidéo typique où vous pouvez conserver le film après l’avoir acheté sans rien payer de plus. Pour beaucoup, cela ressemble plus à une location continue avec un montant fixe initial élevé.

Cela semble également un peu surprenant pour récupérer les revenus du box-office. La place de cinéma pour les adultes moyen coûte en moyenne environ 10 euros. Certes, certains utilisateurs ont plusieurs personnes dans le ménage, mais pour un seul utilisateur standard, 25 euros est assez rebutant.

Il est difficile de dire si l’entreprise utilise Mulan comme scénario de test pour un nouveau modèle commercial radical. Dans la partie questions-réponses de l’appel, Chapek a déclaré que le cas de Mulan était unique et que Disney Plus ne poursuivait pas un modèle commercial de vidéo à la demande payante (PVOD). Cependant, plus tard, il a laissé entendre que cela était vraiment un test pour du PVOD.

«Nous trouvons très intéressant de pouvoir proposer une nouvelle offre aux consommateurs à ce prix de 29,99 $, d’en tirer des leçons et de voir ce qui se passe non seulement en termes de hausse du nombre d’abonnés que nous avons sur la plate-forme, mais aussi du nombre de transactions que nous obtenons sur cette offre PVOD », a expliqué Chapek.


Articles recommandés