fbpx

Un ancien de Google crée un moteur de recherche sans publicité

Par

le

Sridhar Ramaswamy, ancien chef de la publicité de Google, a créé un moteur de recherche sans publicité.

Sridhar Ramaswamy est devenu vice-président directeur de Google pour la publicité et le commerce en 2013. Il a dirigé la filiale de 115 milliards de dollars qui était responsable des publicités diffusées sur la recherche, YouTube et les sites Web avec AdSense pendant cinq ans. Mais, fatigué des profits de Google et des conflits d’intérêts qui s’étaient produits entre les clients et les annonceurs, il a quitté l’entreprise pour créer son propre moteur de recherche.

Le point de rupture pour Ramaswamy est survenu en 2017. Le London Times a publié sur YouTube un exposé sur des vidéos d’enfants apparemment anodines qui contenaient des centaines, voire des milliers, de commentaires pédophiles. Google s’est précipité pour réprimer l’abus de leur plateforme. Mais beaucoup se sont demandé comment le système avait permis une telle catastrophe.

«Il s’agit d’un conflit impossible et nous nous sommes en quelque sorte embrouillés», a déclaré Ramaswamy.

YouTube fonctionne sur un principe simple de profit. Les vidéos qui reçoivent des vues, des likes et des commentaires sont considérées comme réussies et promues. Des publicités courent devant eux. Les revenus de Google sont générés automatiquement. C’est la sûreté et la sécurité qui viennent plus tard. Des contre-mesures, comme bloquer les commentaires sur une vidéo, sont ajoutées lorsqu’un problème est remarqué (généralement par des journalistes).

Ramaswamy soutient que c’est le résultat prévisible de la priorité accordée au profit sur les utilisateurs. Si Google vous rapporte de l’argent grâce à la publicité, êtes-vous l’utilisateur ou le produit?

Ramaswamy, avec un autre ancien googleur, Vivek Raghunathan, a lancé une entreprise appelée Neeva. Ils créent un moteur de recherche qui ne fait aucune publicité auprès de ses utilisateurs. Mais ils ne réinventent pas la roue; les résultats de recherche sont fournis par Bing et il utilise Apple Maps pour les directions. C’est une mise à niveau cosmétique et philosophique. Le défi auquel ils sont confrontés est que leur mise à niveau cosmétique et philosophique a des frais d’abonnement (non spécifiés).

Ramaswamy commence son article de blog décrivant le moteur de recherche Neeva avec ce principe: « trouver des informations qui sont importantes pour nous – la météo, les emplois, les sports, cet étrange symptôme de maux de tête – est un besoin humain fondamental et profondément personnel. » Mais si le produit est enraciné dans une idéologie démocratique centrée sur l’utilisateur, comment peut-il alors prétendre répondre uniquement à ce besoin de payer des clients? Neeva échange-t-il une faute philosophique contre une autre?


Articles recommandés