fbpx

San Francisco est la première ville américaine à interdire la reconnaissance faciale

Par

le

Les conseillers municipaux de San Francisco ont voté en faveur de l’interdiction de la reconnaissance faciale, une première pour une ville américaine.

Mardi, les conseillers municipaux de San Francisco ont voté en faveur de l’interdiction de la reconnaissance faciale par les agences gouvernementales, ce qui en fait la première ville américaine à le faire. Ce plan interdira aux agences locales telles que les autorités de transport de la ville et les forces de l’ordre d’utiliser la technologie.

La proposition, appelée Ordonnance sur la surveillance secrète ( » Stop Secret Surveillance Ordinance »), était dirigée par le superviseur Aaron Peskin, qui la considérait comme « une ordonnance sur la responsabilité en matière de technologie de surveillance ». Cette évolution contraste avec le déploiement rapide de cette technologie clé par les organismes chargés de l’application de la loi dans tout le pays.

Ce n’est pas une politique anti-technologie

« Ce n’est pas une politique anti-technologie », a déclaré Aaron, reconnaissant que de nombreux outils utilisés par les forces de l’ordre sont essentiels pour la sécurité de la ville, mais que la technologie de reconnaissance faciale est « particulièrement dangereuse et oppressive ». L’ordonnance exigera que les agences de la ville obtiennent l’approbation du conseil avant l’achat et l’utilisation de toute nouvelle technologie de surveillance, tout en prévoyant également des audits du matériel de surveillance existant utilisé dans des cas tels que les caméras corporelles et détecteurs de coup de feu.

Les défenseurs des droits civils et de la vie privée tels que l’ACLU et les partisans de cette décision ont mis en avant la notion selon laquelle la technologie de reconnaissance faciale n’est pas fiable et peut être utilisée à mauvais escient pour la surveillance de masse, porter atteinte à la vie privée et à la liberté des personnes, et éventuellement conduire à davantage de fausses arrestations, alors que les opposants du projet de loi prétendent qu’il créera des obstacles dans la lutte contre le crime et mettra la sécurité des personnes en danger.

Une fois que la nouvelle règle entrera en vigueur, soit dans environ un mois, les 53 départements de la ville ne seront plus autorisés à utiliser cette technologie. « Nous soutenons tous une bonne police mais aucun d’entre nous ne veut vivre dans un état policier », a déclaré Aaron Peskin.

Le projet de loi n’interdit pas aux résidents et aux entreprises de la ville d’utiliser cette technologie à des fins privées, comme les systèmes de surveillance à domicile. « Je pense que San Francisco a la responsabilité de parler des problèmes qui affectent le monde entier et se produisent dans notre jardin. »

Ce projet de loi n’a pas non plus d’incidence sur l’aéroport et le port maritime de la ville, car ils sont gérés par des agences fédérales et non locales.

Articles recommandés