fbpx

PlayerUnknown’s Battlegrounds désormais interdit au Népal

Par

le

PUBG fait de nouveau la une des journaux pour une nouvelle raison controversée: certains gouvernements interdisent carrément le jeu.

Bien que l’Organisation mondiale de la santé inclue les «troubles du jeu» dans sa Classification internationale des maladies, des recherches récentes suggèrent que seul un très faible pourcentage des joueurs de jeux vidéo risquent de devenir dépendants.

Cela n’a cependant pas empêché le Népal d’interdire le jeu PlayerUnknown’s Battlegrounds (PUBG) sous l’égide de la protection des enfants contre la toxicomanie.

Selon la Kathmandu Post, la Metropolitan Crime Division du Népal a déposé mercredi devant le tribunal de district de Kathmandu un litige d’intérêt public visant à interdire PUBG, un jeu connu des passionnés de la bataille royale comme le féroce gruau au smoothie aux fruits coloré de Fortnite.

Peu de temps après, l’Autorité des télécommunications du Népal a demandé à tous les fournisseurs de services Internet et mobiles de bloquer le jeu. Les fournisseurs de services qui ne se conforment pas vont « faire face à une action », a déclaré le surintendant principal de la police, Dhiraj Pratap Singh, et toute personne surprise à jouer au jeu sera arrêtée. L’interdiction est entrée en vigueur hier.

S’adressant à Reuters, Sandip Adhikari, directeur adjoint de l’Autorité des télécommunications du Népal, a expliqué que l’interdiction était liée à des problèmes de dépendance. « Nous avons ordonné l’interdiction de PUBG parce que cela crée une dépendance chez les enfants et les adolescents », a-t-il déclaré.

Singh a également évoqué les craintes d’une augmentation de l’agression chez les joueurs de PUBG, affirmant que les autorités népalaises avaient consulté des psychiatres et assisté à des « incidents choquants » dans d’autres pays. Bien qu’aucun incident de cette nature ne semble s’être produit au Népal à cause de PUBG, M. Singh a déclaré que les autorités avaient décidé d’interdire le jeu «avant que rien de malheur ne se produise au Népal».

Au fil des ans, les études visant à déterminer si les jeux vidéo sont une cause directe d’agression se sont révélées trop superficielles ou mal conçues pour fournir des conclusions utiles ou concrètes.

La dépendance au jeu, quant à elle, reste controversée parmi les experts en psychologie du jeu. Un article publié en 2017 cite une étude de 19 000 participants et affirme que la «panique morale» entourant la dépendance aux jeux vidéo «continue de risquer de pathologiser les comportements normaux».

« La dépendance aux jeux vidéo pourrait être une chose réelle », a conclu le journal, « mais ce n’est pas l’épidémie que certains prétendent être … La majorité écrasante de la population semble être capable de jouer à des jeux vidéo tout en équilibrant ses horaire de travail productif et vie sociale active. « 

Articles recommandés

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Pour ne rien rater de l’actualité High Tech, Geek & Insolite, suivez-nous sur Facebook et Twitter 😉