fbpx

Est-ce que Google Traduction fait allusion à la fin du monde ?

Par

le

Le service Google Traduction indique aux utilisateurs que nous «approchons de la fin des temps» et personne ne sait exactement pourquoi.

Au cours des deux dernières années, Google Traduction a utilisé le machine learning pour fournir des traductions plus précises. Mais l’algorithme essaie maintenant de traduire des phrases ou même une combinaison aléatoire de mots qui n’ont aucun sens dans des messages significatifs et quelque peu effrayants.

La faille a attiré l’attention du site américain Motherboard, qui rapporte que Google Traduction convertit des mots absurdes en phrases bien structurées. Quelques exemples incluent des répétitions multiples de mots comme « dog » et « ag » que Google Traduction reconnaît comme provenant de certaines langues étrangères.

Alors que certaines personnes ont attribué cela à des pouvoirs surnaturels et démoniaques, le subreddit nommé « TranslateGate » soupçonne que ceux-ci pourraient être dus au texte appris par Google en jetant un œil dans les messages privés et les e-mails.

Cependant, le porte-parole de Google a démenti cette possibilité, affirmant que « Google Traduction apprend à partir d’exemples de traductions sur le Web et n’utilise pas de » messages privés « pour effectuer des traductions, et le système n’aurait même pas accès à ce contenu. C’est une réponse au non sens par le non sens. « 

Il est tout à fait possible que ces phrases aléatoires et vaguement inquiétantes soient alimentées par des employés de Google. Alternativement, celles-ci peuvent être dues à des utilisateurs qui font un usage abusif du bouton « Suggérer une modification ». Mais un tel abus n’échapperait pas au radar de Google.

Des experts suggèrent que c’est peut-être dû au réseau de neurones essayant de donner un sens à l’information isolée. Cela fait partie de la tendance des réseaux de neurones commerciaux à trouver de l’ordre dans le chaos. Il est probable que Google a utilisé des textes religieux, la Bible en particulier, pour enseigner des langages comme le maori ou le somali à ses réseaux de neurones.

Alors, bien que cela fasse beaucoup parler aux États-Unis, comme précisé par différents experts, il n’y évidemment aucune raison de croire à une imminente apocalypse.

Articles recommandés