fbpx

La capacité de recharge du Galaxy Note 7 va être limitée

Par

le

Samsung va publier une mise à jour logicielle la semaine prochaine pour limiter la capacité de recharge de la batterie du Galaxy Note 7 à 60 pour cent, pour diminuer le risque d’explosion des batteries défectueuses.

Samsung a démarré une course contre la montre en rappelant environ 2,5 millions de Galaxy Note 7 dans le monde pour les remplacer par des appareil non défectueux. La fidélité des clients et la puissance de la marque est en jeu. Plus de 70 Galaxy Note 7 ont explosé aux États-Unis, causant de graves dommages aux propriétaires. Un Samsung paniqué – qui a perdu plus de 10 milliards de dollars en bourse en seulement quelques jours – a trouvé une nouvelle façon d’arrêter les explosions de batteries.

A la une d’un journal coréen, le Seoul Shinmun, Samsung a déclaré qu’il publierait une mise à jour logicielle qui permettra de limiter la capacité de recharge du Galaxy Note 7 à 60%. Ainsi, cela permettra d’éviter aux dispositifs de surchauffer et d’exploser. Mais la mise à jour du logiciel pourrait causer des inconvénients majeurs pour les consommateurs car avec une batterie chargée à 60% ne sera probablement pas suffisant pour tenir une journée complète.

« Nous donnons la priorité à la sécurité du consommateur, mais nous présentons nos excuses pour les désagréments »
, explique Samsung dans le journal. La mise à jour sera publiée en Corée du Sud le 20 septembre, un jour après l’arrivée des nouveaux Galaxy Note 7 dans le pays, dotés de nouvelles batteries. Pendant ce temps, la société a conseillé aux consommateurs d’échanger leurs Note 7 avec des dispositifs de remplacement que la société offre jusqu’à ce que les nouveaux Note 7 sortent (ex: Galaxy J).

Si la France est moins touchée par ce phénomène que les États-Unis par exemple, c’est tout simplement parce que la commercialisation a été stoppée avant la sortie officielle de la phablette.

La mise à jour OTA (over the air) du 20 septembre est avant tout destinée aux utilisateurs coréens mais elle pourrait être publiée dans d’autres pays sous peu.


Articles recommandés