fbpx

FBI : un faux site internet pour piéger un suspect

Par

le

Le FBI s’est attiré les foudres d’organisations médiatiques en créant un faux site internet d’informations pour piéger un suspect dans un complot d’attentat.

Selon des documents dévoilés cette semaine, le FBI avait écrit un faux article de l’agence de presse Associated Press, comme s’il était paru dans le quotidien Seattle Times, pour piéger un jeune suspect. Une fois l’article téléchargé, un malware a révélé sa localisation.

Cette opération remonte à 2007 et, selon le FBI, le but était « d’intervenir, avant que cela ne soit trop tard, dans une situation potentiellement dangereuse », en l’occurrence une menace d’attaque d’un lycée dans la région de Seattle, dans l’Etat de Washington (nord-ouest). C’est la puissante Union américaine de défense des libertés (ACLU) qui a révélé l’affaire.

Il s’agit d’une technique utilisée « en de très rares circonstances et seulement lorsque l’on a des raisons suffisantes de croire qu’elle permettra de résoudre une menace », s’est défendu mercredi l’agent du FBI Frank Montoya. L’article incriminé portait sur le suspect lui-même et avait été créé sur un site internet ressemblant exactement à celui du Seattle Times, sans toutefois porter le nom du journal. Le FBI avait envoyé un lien sur le compte MySpace du suspect pour que ce dernier clique dessus et télécharge un logiciel de localisation.

L’agence AP tout comme le Seattle Times ont réagi avec colère. « Ce stratagème est une violation du nom d’AP et sape sa crédibilité« , a déclaré Paul Colford, un porte-parole d’Associated Press. « Si l’épilogue est digne d’être salué –la condamnation d’un lycéen coupable de menaces d’attentat à la bombe–, cela ne justifie pas le mépris scandaleux du gouvernement pour la liberté de la presse« , proclame un éditorial du Seattle Times.


Articles recommandés