Une modératrice de TikTok porte plainte contre l’entreprise pour avoir été exposée à des vidéos choquantes

Par

le

Une modératrice de contenu chez Tiktok a porté plainte contre son entreprise avec un recours collectif pour avoir été exposée à des vidéos choquantes.

Une modératrice de TikTok a poursuivi la plateforme et la société mère ByteDance pour ne pas avoir apporté de soutien aux travailleurs exposés à des contenus graphiques, notamment de la pédopornographie, des suicides, des viols, des décapitations, de fusillades dans les écoles et même de mutilations d’animaux.

Bloomberg rapporte que dans son projet de recours collectif, la modératrice de contenu Candie Frazier dit qu’elle a dû regarder des vidéos impliquant du cannibalisme, des têtes écrasées, des suicides et une chute mortelle d’un immeuble.

La plainte indique que bien que TikTok ait été l’une des nombreuses sociétés de réseaux sociaux à introduire des directives, telles que le soutien psychologique et la limitation de temps de travail à quatre heures, conçues pour aider les modérateurs à faire face à l’exposition de contenus extrêmes, la société ne les a pas mises en œuvre.

La poursuite indique également que les modérateurs de TikTok travaillent 12 heures avec seulement une pause déjeuner d’une heure et deux pauses de 15 minutes, et qu’ils doivent regarder des centaines de vidéos chaque jour. Les avocats de Frazier ont déclaré que les employés ne sont pas autorisés à plus de 25 secondes par vidéo et visionnent souvent trois à dix vidéos simultanément.

Frazier, une résidente de Las Vegas, dit qu’elle souffre maintenant d’un trouble de stress post-traumatique en raison des vidéos graphiques. Selon la plainte, elle a également du mal à trouver le sommeil et souffre d’horribles cauchemars lorsqu’elle dort.

Frazier demande une indemnisation pour préjudice psychologique et une décision de justice obligeant l’entreprise à mettre en place un fonds médical pour les modérateurs.

Les modérateurs poursuivant les entreprises pour leur avoir prétendument causé le stress post-traumatique n’est pas quelque chose de nouveau. Un modérateur de contenu pour un sous-traitant de Facebook, Pro Unlimited, a poursuivi le réseau social en 2018 après que « l’exposition constante et illimitée à des images hautement toxiques et extrêmement dérangeantes sur le lieu de travail » ait entraîné le trouble. Il y a eu aussi le cas d’un mod YouTube qui a poursuivi la société appartenant à Google en 2020 après avoir développé des symptômes de stress post-traumatique et de dépression, à la suite de l’examen de milliers de vidéos dérangeantes.


Articles recommandés