ProtonMail critiqué pour avoir remis l’adresse IP de militants aux autorités

Par

le

ProtonMail critiqué pour avoir remis l’adresse IP de plusieurs militants aux autorités, ce qui a conduit à leur arrestation.

ProtonMail est fier de la confidentialité offerte par son service de messagerie de chiffrement de bout en bout, mais il pourrait ne pas offrir autant d’anonymat qu’il le suggère. L’entreprise a été critiquée pour avoir remis l’adresse IP de plusieurs militants français pour le climat à la police suisse, qui a ensuite transmise celles-ci aux autorités françaises.

Tel que rapporté par TechCrunch, la polémique a été déterrée dans un rapport de police français. Il a révélé comment ProtonMail agissait sur une demande envoyée aux autorités suisses par les Français via Interpol, l’obligeant à remettre les adresses IP.

Les personnes en question faisaient partie d’un groupe anti-gentrification. Le groupe a publié un article sur un site Web anticapitaliste le 1er septembre affirmant que la police française avait envoyé une demande à ProtonMail via Europol pour découvrir l’identité d’une personne qui a créé son compte de messagerie « [email protected] ».

Andy Yen, PDG de Proton, souligne que la société basée en Suisse est obligée d’obéir aux lois du pays, comme indiqué dans ses politiques. « Proton a reçu un ordre juridiquement contraignant des autorités suisses auquel nous sommes obligés de nous conformer. Il n’y avait aucune possibilité de faire appel de cette demande particulière », a-t-il écrit.

Yen ajoute qu’il n’enregistre pas les adresses IP par défaut mais peut être contraint de collecter des informations sur les comptes appartenant à des utilisateurs faisant l’objet d’une enquête pénale suisse. Il a déclaré que le cryptage du service ne pouvait pas être contourné et que la société ne fournissait pas de données aux gouvernements étrangers.

En vertu du droit suisse, ProtonMail doit informer un utilisateur si un tiers fait une demande pour que ses données soient utilisées dans une enquête pénale. Yen a déclaré que « des raisons de confidentialité et juridiques » l’ont empêché de préciser quand la personne dans cette affaire a été informée. Selon TechCrunch, il semble que huit mois se soient écoulés entre le lancement de la journalisation et sa divulgation au titulaire du compte.

ProtonMail suggère d’utiliser son site d’oignon et son VPN si l’anonymat est un problème. Yen a déclaré qu’à l’avenir, la société « clarifierait mieux les obligations de ProtonMail en cas de poursuites pénales ».


Articles recommandés