FDJ : plus de 70 millions d’euros de gains non réclamés par les joueurs !

le

Pour la première fois, l’État a pu récupérer une bonne partie des gains non réclamés à la Française des Jeux (FDJ).

Cela a été possible grâce à un article inhérent à la loi Pacte, adoptée fin 2019. En 2020, cette somme s’élevait à 70,5 millions d’euros, rien que ça !

L’État gagne à tous les coups !

D’après plusieurs sources concordantes, l’État aurait empoché pas moins de 70,5 millions d’euros de la part de la Française des Jeux, en mars dernier. C’est une grande première !

Une partie des gains non réclamés par les heureux gagnants de paris sportifs ou jeux d’argent de hasard joués en point de vente durant l’année 2020 ont ainsi été directement versés à Bercy.

Les joueurs de l’EuroMillions, du Loto mais aussi de la loterie Keno Gagnant à Vie, du jeu My Million, du Loto Foot, du Loto Rugby et du Loto Basket n’ont qu’à bien vérifier leurs tickets de jeu !

Cet énorme pactole perçu par l’État a été rendu possible grâce à la loi Pacte, votée et mise en application en mai 2019, et plus particulièrement grâce à l’article 138, II, A, entré en vigueur en novembre 2019.

Une exception subsiste cependant : tous les gains de rang 1, aussi qualifiés de « Jackpot », appartiennent quant à eux en totalité à la FDJ, qui les utilisera pour organiser des opérations promotionnelles.

Voici un récapitulatif des gains « Jackpot » :

  • L’intégralité des gains remportés au rang 1 du Loto (même en cas de plusieurs gagnants) ;
  • L’intégralité des gains remportés au rang 1 de l’EuroMillions (même en cas de plusieurs gagnants) ;
  • L’intégralité des gains remportés au rang 1 des jeux de paris sportifs Loto Rugby, Loto Foot et Loto Basket ;
  • Les gains en lien avec le jeu de tirage My Million à hauteur de 1 million d’euros (valable pour chaque tirage EuroMillions) ;
  • Les gains en lien avec le jeu de tirage Loto à hauteur de 20 000 euros (valable dix fois par tirage du Loto).

L’État perçoit désormais trois sources de revenus générés par la FDJ

Aujourd’hui, la Française des Jeux génère trois sources de revenus pour l’État, qui est actionnaire de l’entreprise.

Cela lui permet de bénéficier de dividendes, de recevoir certaines taxes liées aux mises et de récupérer ces fameux gains non réclamés.

La loi Pacte est un véritable pactole pour Bercy puisque la somme correspondant aux lots non récupérés serait égale ou supérieure aux dividendes versés par la société dédiée aux jeux d’argent.

Pour rappel, la FDJ a été privatisée par le gouvernement français en 2019. Depuis, l’État détient 21,9 % de son capital au lieu des 72% antérieurement à sa privatisation.

Où allaient les gains non réclamés avant la loi Pacte ?

Avant l’entrée en vigueur de la loi Pacte, tous les gains non réclamés par les joueurs les plus chanceux étaient injectés dans un « fonds cagnotte » qui était spécifique à chaque type de jeu, y compris même les jeux de grattage.

Les sommes d’argent non récupérées par les gagnants alimentaient ce fonds et permettaient de financer de nombreuses opérations spéciales en lien avec les tirages Super Loto ou My Million.

Amis joueurs, si vous ne voulez pas voir vos gains aller dans les poches de l’État, nous vous conseillons donc d’être bien attentifs à vos tickets et aux tirages !

Sachez que vous avez une période de 60 jours maximum pour vous manifester auprès de la Française des Jeux si vous remportez un gros jackpot.

À vous de jouer et regardez bien vos tickets de jeu avant de les jeter !