fbpx

Des chercheurs du MIT développent une IA qui détecte le Covid-19 en analysant le son d’une toux

Par

le

Des chercheurs du MIT développent un modèle d’IA capable de détecter Covid-19 chez des individus asymptomatiques.

Alors que le Covid-19 continue de se propager dans le monde entier, infectant des milliers de nouvelles personnes chaque jour, les chercheurs du MIT ont développé un modèle d’IA capable de détecter la présence du virus même chez des individus asymptomatiques, pour aider à freiner la propagation de la maladie.

Le bien potentiel qu’un tel modèle pourrait faire est probablement assez évident. Supposons que le modèle ait été affiné et déployé auprès du grand public d’une manière ou d’une autre, peut-être sous la forme d’une application mobile gratuite.

Dans ce cas, cela pourrait aider les gens à se dépister eux-mêmes pour l’infection et à se faire tester ou à éviter tout contact avec d’autres, si nécessaire.

Les enseignants, par exemple, pourraient l’utiliser tous les jours avant de se rendre en classe, tout comme d’autres personnes travaillant à proximité d’étrangers – les employés de première ligne du commerce de détail sont un autre public clé pour un tel outil.

Heureusement, le portage du modèle sur une application est précisément ce vers quoi les chercheurs travaillent actuellement. L’équipe doit encore terminer son développement et, bien sûr, obtenir l’approbation de la FDA avant de pouvoir être largement diffusé.

Cependant, les premiers résultats sont prometteurs. À ce jour, le modèle a été formé sur «des dizaines de milliers» d’échantillons de toux, ainsi que sur des «paroles prononcées». Lorsque les chercheurs entrent de nouveaux enregistrements de toux dans le modèle, il peut identifier avec précision les infections à Covid-19 à part entière dans «98,5 pour cent des toux» et 100 pour cent pour les individus asymptomatiques.

Il semble que, même pour les personnes qui ne présentent pas de symptômes graves de Covid-19, la façon dont ils toussent, respirent et parlent peut contenir de petits indicateurs qui peuvent indiquer une infection probable.

Si ce modèle est vraiment aussi précis que les chercheurs le pensent, il faut espérer que la FDA, l’agence qui autorise la commercialisation des aliments et médicaments aux Etats-Unis, l’approuvera le plus tôt possible. Le monde pourrait certainement l’utiliser dès maintenant.


Articles recommandés