fbpx

Ransomware : une femme meurt lors d’une attaque contre un hôpital allemand

Par

le

En Allemagne, une femme est décédée au cours d’une attaque de type ransomware qui visait l’hôpital dans lequel elle était admise.

Une femme en Allemagne est décédée lors d’une attaque de ransomware contre l’hôpital universitaire de Düsseldorf, dans ce qui pourrait être le premier décès directement lié à une cyberattaque contre un hôpital. L’hôpital n’a pas pu accepter de patients d’urgence en raison de l’attaque et la femme a été envoyée dans un établissement de soins de santé à environ 30 kilomètres de là.

Selon le média allemand RTL, la cyberattaque n’était pas destinée à l’hôpital. La note de rançon était adressée à une université voisine. Les assaillants ont arrêté l’attaque après que les autorités leur ont dit qu’elles avaient en fait fermé un hôpital.

Les établissements de santé sont l’une des principales cibles des cyberattaques, et les experts en cybersécurité préviennent depuis des années que la plupart des hôpitaux ne sont pas préparés. Ils dépendent fortement d’appareils, comme les équipements de radiologie, qui sont souvent connectés à Internet. Sans ces outils, ils ne sont pas aussi capables de traiter les patients.

«Si les systèmes sont perturbés sur Internet, par un adversaire ou un accident, cela peut avoir un impact profond sur les soins aux patients», a déclaré Beau Woods, défenseur de la cybersécurité et chercheur en innovation en cybersécurité au Conseil de l’Atlantique, au site The Verge l’année dernière.

Même les attaques qui ciblent les données des patients et n’ont pas d’effet direct sur les dispositifs médicaux peuvent nuire aux résultats des patients: une étude a révélé que le taux de mortalité d’un hôpital par crise cardiaque augmente dans les années qui suivent une violation de données. C’est probablement parce que les hôpitaux doivent détourner des ressources pour répondre à l’attaque ou mettre à niveau le logiciel d’une manière qui change le fonctionnement des médecins.

Des cyberattaques majeures, comme la cyberattaque WannaCry de 2017, ont fermé d’importants systèmes hospitaliers, WannaCry a fait planté le National Health Service du Royaume-Uni, par exemple. Aucun décès n’était directement lié à cette attaque, mais la plupart des experts ont averti que ce n’était qu’une question de temps.

Les autorités allemandes enquêtent toujours sur la mort de cette femme. Si son détournement vers un autre hôpital est jugé responsable de sa mort, la police peut considérer la cyberattaque comme un homicide.


Articles recommandés