fbpx

Le confinement lié au coronavirus entraîne une baisse des émissions mondiales

Par

le

Avec le confinement lié au Coronavirus, les émissions de gaz à effet de serre ont drastiquement chuté à travers le monde.

L’épidémie de coronavirus n’affecte pas seulement la vie des gens, elle a également un impact sur la planète … un impact positif. Alors que les usines ferment et que moins de personnes utilisent leur voiture, les niveaux de pollution atmosphérique et de CO2 ont baissé dansdiverses régions du monde.

L’effet a d’abord été détecté par la NASA et l’Agence spatiale européenne, qui ont publié des images satellites montrant une réduction significative des émissions de dioxyde d’azote (NO2) dans les villes chinoises entre janvier et février. Le NO2 est rejeté par les voitures, les usines et les centrales électriques et reste proche de l’endroit où il est émis.

Le satellite Copernicus Sentinel-5P de l’Agence spatiale européenne a montré que le nord de l’Italie a également connu une réduction des émissions de dioxyde d’azote depuis la mise en place du confinement dans le pays.

Les chercheurs ont déclaré à la BBC que New York a vu ses émissions de monoxyde de carbone, qui proviennent principalement des voitures, réduites de près de 50% par rapport à l’année dernière. On estime que les niveaux de trafic ont diminué de 35%, et il y a eu une baisse de 5 à 10% du CO2 dans la ville. Les émissions de méthane sont également en baisse.

Même Los Angeles, une ville connue pour sa pollution et son « smog », a vu une amélioration drastique de la qualité de l’air alors que les gens restent chez eux.

Avec l’industrie aéronautique arrêtant les vols, il est prévu que les pays du monde entier connaîtront une baisse des émissions. « Je m’attends à ce que nous ayons la plus petite augmentation de mai à mai, le pic de CO2 que nous avons eu dans l’hémisphère nord depuis 2009, ou même avant », a déclaré le professeur Róisín Commane, de l’Université Columbia, qui a effectué les travaux de surveillance de l’air à New York.

Une mise en garde aux résultats est que les émissions de carbone devraient augmenter une fois que la situation des coronavirus s’améliorera. Après le krach financier mondial de 2008-2009, les émissions ont grimpé de 5% à mesure que l’utilisation des combustibles fossiles a bondi.