fbpx

RoboBee : un mini robot capable de voler seul comme un insecte

Par

le

Le RoboBee X-Wing, la dernière version du mini robot volant d’Harvard, a quatre ailes au lieu de deux, et peut voler de ses propres ailes sans assistance de pousée.

RoboBee X-Wing, la dernière version de l’abeille robotisée de l’université d’Harvard, a quatre ailes au lieu de deux; plus important encore, elle peut voler de ses propres ailes sans assistance de pousée. Les chercheurs du laboratoire de microrobotique d’Harvard travaillent sur le RoboBee depuis un certain temps maintenant. Ils l’ont rendu plus petit et plus léger, et ils lui ont donné de plus en plus de fonctionnalités telles que la possibilité d’entrer et de sortir de l’eau au fil des ans.

Cette version ne pèse qu’un quart le poids d’un trombone, mais elle a encore besoin de la portance supplémentaire fournie par ses deux ailes supplémentaires pour transporter son électronique embarquée et ses six minuscules panneaux solaires. Comme le robot est autonome contrairement à d’autres insectes robotiques similaires, il tire son énergie du soleil ou de puissantes lampes, que les chercheurs ont utilisées lors de leurs tests.

Les panneaux solaires génèrent 5 volts d’électricité et un petit transformateur intégré le transforme en 200 volts d’électricité pour que le RoboBee puisse se soulever. En raison de cette tension, les actionneurs piézoélectriques de l’abeille se plient et se contractent comme le feraient les muscles du véritable insecte, ce qui entraînerait un mouvement de battement des ailes du robot.

Même si le X-Wing n’a pas besoin d’assistance, il ne peut toujours pas être déployé dans de vraies missions. D’une part, il lui faut trois fois plus de lumière que le soleil pour pouvoir générer l’énergie dont il a besoin. En outre, cela ne fonctionne pas quand il n’est pas directement sous la lumière et ne peut voler que pendant une seconde ou deux pendant les tests. Les chercheurs doivent l’équiper d’une solution de stockage d’énergie afin qu’il puisse voler dans le noir. Le problème est que cela le rendrait plus lourd.

Selon IEEE Spectrum, l’équipe travaille actuellement sur une version 25% plus grande et peut exploiter l’énergie d’une source lumineuse « seulement » 1,5 fois plus intense que notre soleil. Espérons qu’ils sauront comment donner à RoboBee la capacité d’exploiter l’énergie du soleil et de stocker de l’énergie pour une utilisation ultérieure.

Les robots ailés sont plus agiles et maniables que ceux qui utilisent des hélices. Ils sont également plus silencieux et ne blesseront ni ne blesseront les personnes et les objets avec lesquels ils entrent en contact. Si les chercheurs de Harvard peuvent trouver un moyen de faire en sorte que RoboBee fonctionne sur notre planète et dans le noir, il pourrait être le robot parfait pour les opérations de recherche et de sauvetage et l’exploration environnementale.

Articles recommandés

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Pour ne rien rater de l’actualité High Tech, Geek & Insolite, suivez-nous sur Facebook et Twitter 😉