fbpx

Un agent d’assurance qui se faisait passer pour Voldemort arrêté après avoir demandé des Bitcoins à des clients

Par

le

Un agent d’assurance s’est vengé d’anciens et potentiels clients en leur envoyant des lettres de menaces signées «Lord Voldermort».

Un ancien agent d’assurances à Singapour a été condamné à deux ans et cinq mois de prison ferme pour avoir menacé des clients avec des lettres portant le sigle «Lord Voldemort», le méchant de la saga Harry Potter.

Le tribunal a constaté que Ye Lin Myint, une homme originaire de Birmanie et résident permanent de Singapour âgé de 36 ans, avait envoyé des lettres de menace à 33 anciens clients potentiels pour se venger du rejet de son entreprise, a rapporté Channel News Asia.

Dans les lettres, Ye a demandé aux destinataires de lui envoyer un bitcoin d’une valeur de 4195€ à 6390€ à l’époque.

Ye, un ancien agent de Prudential Plc Singapore, a ciblé des clients qui ne se sont pas présentés aux réunions prévues, qui ont annulé leur police d’assurance avec lui ou qui ont carrément rejeté ses arguments de vente.

En juillet 2017, Ye a utilisé l’ordinateur portable de son épouse pour créer une adresse e-mail via un service basé en Suisse ne nécessitant pas d’informations personnelles. Il a ensuite créé un portefeuille Bitcoin sous le nom de «Lord Voldemort» et a commencé à envoyer des lettres et des courriels menaçants.

«Ces derniers mois, je te surveille, toi et ta femme, et je sais tout sur vous et votre famille. Je sais où tu habites, où tu travailles », lit-on dans un email. «Je peur ruiner ta vie et t’humilier auprès de tous tes proches en Birmanie. Je peux te faire perdre ton travail. Je peux même venir vous faire du mal, à toi, ta femme ou tes parents, si je le veux. »

Les autorités locales ont émis des mises en garde invitant les destinataires à ne pas répondre aux courriers et courriels de «Lord Voldemort». Selon le procureur général adjoint Thiagesh Sukumaran, aucune des victimes n’a transféré de fonds sur le compte de Ye et a plutôt déposé plainte auprès de la police.

Ye a ensuite été arrêté suite à une enquête de police après que son identité ait été retrouvée à travers plusieurs comptes de victimes et de preuves ADN. Il a plaidé coupable à cinq chefs d’intimidation criminelle et à huit chefs de violation de la loi sur la protection contre le harcèlement, ainsi qu’à 30 autres chefs pris en compte lors de la détermination de la peine.

Articles recommandés