fbpx

Une étude révèle que le cannabis modifierait le profil génétique du sperme

Par

le

Selon une nouvelle étude, la consommation de cannabis modifierait les gènes de l’ADN qui se trouve dans les cellules du sperme.

Il a déjà été démontré que le cannabis réduit le nombre de spermatozoïdes, mais une nouvelle étude révèle que la drogue provoque en réalité des modifications du sperme lui-même, ce qui pourrait avoir des conséquences pour la santé d’un bébé potentiel.

Pour une étude publiée cette semaine dans la revue Epigenetics, des scientifiques américains de la Duke University ont comparé les spermatozoïdes de deux groupes de rats: ceux auxquels on avait administré du tétrahydrocannabinol (THC), l’ingrédient psychoactif du cannabis, et ceux qui n’en avaient pas. Ensuite, ils ont comparé les spermatozoïdes de 24 hommes qui fumaient du cannabis chaque semaine par rapport à un groupe de contrôle qui en avait consommé pas plus de 10 fois dans leur vie et pas du tout au cours du dernier semestre. Dans les deux cas, aussi bien pour les rats que les humains, la marijuana a modifié le fonctionnement des gènes dans les spermatozoïdes.

La consommation de cannabis modifie l’ADN des cellules du sperme

Pensez à votre ADN en tant que liste d’instructions pour la fabrication de protéines et les gènes en tant que petits sous-ensembles de cette liste. Notre corps a de petites étiquettes chimiques (appelées groupes méthyle) qui s’ajoutent à l’ADN dans des régions spécifiques, explique Susan Kay Murphy, professeur de gynécologie à Duke et co-auteur de l’étude. Ces produits chimiques ne mutent pas les gènes eux-mêmes, mais ils affectent la façon dont ils sont utilisés, notamment en décidant quelles instructions sont suivies et lesquelles ne le sont pas.

Chez les rats et les humains, le cannabis a affecté de nombreux gènes différents impliqués dans deux voies différentes (Considérez les voies comme un autre ensemble d’instructions, cette fois-ci pour la régulation de diverses fonctions corporelles). L’une est importante pour que les organes atteignent leur taille normale, et l’autre joue un rôle dans le cancer et la suppression des tumeurs. «Cela me choque», dit Murphy. « Comment pouvez-vous concilier cela biologiquement, une voie entière va être affectée par ces changements? »

Cela ne veut pas dire que fumer du cannabis amènera les futurs enfants à être plus vulnérables face au cancer. Murphy est très clair sur le fait qu’il s’agit d’une étude pilote conçue à l’origine pour déterminer si le cannabis avait un tel effet sur le sperme. La taille de l’échantillon est petite et les scientifiques n’ont pas contrôlé la concentration de THC que les recrues humaines fumaient. Les scientifiques ont cependant mesuré le THC dans l’urine et ont noté qu’une plus grande quantité de THC dans l’urine était corrélée à davantage de changements.

« C’est une étude plus petite, mais avec des implications inquiétantes », déclare Bobby Najari, urologue à la NYU Langone, qui n’a pas participé à l’étude. Najari conseille déjà aux hommes qui consomment régulièrement de la marijuana de réduire leur consommation en raison de leur effet sur le nombre de spermatozoïdes. « Je pense qu’un des aspects positifs importants de la recherche de ce type est qu’elle peut motiver davantage les hommes à changer de santé », a-t-il ajouté. « C’est une chose de parler du nombre de spermatozoïdes, une autre quand on parle de la santé potentielle de l’enfant. »

Najari et Murphy insistent tous les deux sur la nécessité de poursuivre les recherches. L’équipe de Duke travaille déjà sur des études de suivi. Ces changements sont-ils réversibles ? Vont-ils même finir par affecter un bébé potentiel ? « Je veux faire très attention à ne pas transformer les résultats en quelque chose qu’ils ne sont pas », déclare Murphy. «Ce n’est pas destiné à effrayer les gens. Notre objectif est d’en apprendre davantage sur la biologie et sur ses effets potentiels. »