fbpx

Un projet Kickstarter se fait voler 100 000 dollars, mais parvient quand même à expédier ses claviers

Par

le

Les créateurs du clavier innovant Keyboardio ont révélé qu’en raison d’une arnaque par un membre du personnel de leur fabricant, le clavier a failli ne jamais voir le jour.

Dans sa quête pour créer un « meilleur clavier », Keyboardio a collecté plus de 650 000 dollars pour son Model 01, avant de se faire arnaquer à hauteur de 100 000 dollars. Cela aurait pu être un problème existentiel pour une si petite entreprise, mais Keyboardio a réussi à surmonter cet échec et fournit maintenant des conseils à d’autres pour éviter de se retrouver dans la même arnaque.

La société a créé le clavier Model 01, qui est composé de deux éléments distincts, ce qui permet aux utilisateurs de personnaliser la configuration à leur guise. La société a déclaré que cela prendrait du temps pour s’habituer à la frappe sur ce clavier, mais le gain est supposé être une expérience de frappe plus agréable et confortable. Il est fabriqué en érable massif, ce qui, selon la société, donne l’impression «d’être plus un instrument de musique qu’un périphérique informatique».

Sur Kickstarter, Keyboardio avait promis une livraison des premiers exemplaires en 2016, environ un an après son lancement, mais n’a pas été en mesure de commencer à expédier ses produits avant 2017. La société a annoncé avoir finalement terminé l’envoi de ses précommandes Kickstarter plus tôt cette année, trois ans après la campagne de financement. Il a fallu de nouvelles pré-commandes pour travailler sur les commandes de Kickstarter, et toutes celles-ci ont maintenant été livrées. Le co-fondateur Jesse Vincent a déclaré à The Verge que la société avait expédié « des milliers » de claviers.

Pourquoi la sortie des claviers de Keyboardio a-t-elle été si longue ?

Après avoir expédié des pièces justificatives à Kickstarter, l’équipe a continué à fabriquer des claviers, mais elle s’est heurtée à un nouveau combat auquel elle ne s’attendait pas: le directeur des ventes à l’étranger de l’usine chinoise avait quitté la société, mais n’avait rien dit à Keyboardio, finissant par voler 100 000 $, rapportent Vincent et sa femme/partenaire d’affaires Kaia Dekker.

Cette femme aurait dit à l’usine que Dekker et Vincent étaient en faillite et ne pouvaient pas payer pour les claviers. En réalité, Dekker et Vincent avaient payé, mais cette femme a volé leur argent en créant de fausses factures pour déposer de l’argent sur ses propres comptes plutôt que sur ceux de l’usine.

L’usine avait reçu des dépôts de Keyboardio, et cela n’a pas été le cas avant que leur contact n’ait payé l’un des versements. L’entreprise a été surprise par l’arnaque présumée lorsque l’usine n’a pas expédié le lot de claviers suivant. Dekker et Vincent disent qu’ils pourraient demander une action en justice et la restitution de leurs fonds. Cepenant, cela est un long combat.

La relation des créateurs avec leur usine est apparemment à nouveau saine et des claviers sont disponibles à l’achat en ligne dès maintenant.

Vous vous demandez peut-être pourquoi ils révèlent cette histoire. Est-ce pour dissuader les gens d’investir dans un projet Kickstarter? Non, au contraire. Sans Kickstarter, leur clavier innovant n’aurait jamais été publié. Toutefois, ils conseillent aux gens de faire des recherches sur le processus de fabrication chinois avant de se lancer.


Articles recommandés