fbpx

Google met l’IA en charge des systèmes de refroidissement de ses datacenters

Par

le

Google met en place un système d’intelligence artificiel en charge du refroidissement de ses datacenters après que le système a prouvé qu’il pouvait réduire la consommation d’énergie.

L’intelligence artificielle (IA) gère l’un des datacenters de Google, ou du moins le système de refroidissement du centre de données. Aujourd’hui, dans un billet de blog, la société de Mountain View, en Californie, a déclaré avoir transféré la gestion des contrôles de refroidissement à un système de recommandation basé sur l’IA, développé conjointement avec DeepMind, sa filiale de recherche basée aux États-Unis. Google affirme que c’est le premier modèle entièrement autonome de ce type.

« Nous voulions réaliser des économies d’énergie avec moins de frais généraux pour les opérateurs »
, a déclaré Dan Fuenffinger, un opérateur de centre de données chez Google. « L’automatisation du système nous a permis de mettre en œuvre des actions plus précises à une plus grande fréquence, tout en faisant moins d’erreurs. »

Alors, comment ça marche? Toutes les cinq minutes, l’IA hébergée dans le cloud de Google récupère des données provenant des milliers de capteurs (capteurs de température, compteurs d’énergie, etc.) dans le centre de données et les transmet à un réseau neuronal profond. Le modèle prend en compte la consommation d’énergie et les contraintes de sécurité avant de décider d’une ligne de conduite, qu’il délègue aux systèmes de contrôle locaux.

Selon Google, l’IA considère des milliards d’actions potentielles toutes les cinq minutes et prévoit celles qui sont les plus susceptibles de déboucher sur des résultats souhaitables. (Les actions avec un niveau de confiance faible ne sont pas prises en compte). Et comme précaution supplémentaire, il a été formé pour donner la priorité à la «sécurité et à la fiabilité» par rapport aux performances et aux réductions de coûts.

Sur une période de neuf mois, les performances du datacenter ont augmenté de 12% à 30%, en partie grâce à des « astuces » d’apprentissage pour gérer plus efficacement le refroidissement. En hiver, par exemple, il a profité du froid pour produire de l’eau «plus froide que la normale», ce qui a réduit l’énergie requise pour le refroidissement dans le centre de données.

Joe Kava, vice-président des datacenters chez Google, a déclaré à MIT Technology Review que le projet pourrait générer des « millions de dollars » d’économies d’énergie et contribuer à réduire les émissions de carbone.

« Nous sommes ravis que notre système de contrôle IA direct fonctionne de manière sûre et fiable, tout en fournissant constamment des économies d’énergie », a écrit Google. « Cependant, les centres de données ne sont que le début. À long terme, nous pensons qu’il est possible d’appliquer cette technologie dans d’autres environnements industriels et d’aider à lutter contre le changement climatique à une échelle encore plus grande. « 

Ce n’est pas la première fois que Google confit les rênes d’un centre de données à une IA. En 2016, l’entreprise a mis en place un système développé par DeepMind qui fournissait des recommandations aux surveillants humains. Lors des tests de la société de Mountain View, cela a permis de réduire de 40% la quantité d’énergie utilisée pour le refroidissement et de 15% l’efficacité énergétique totale (le rapport entre la consommation énergétique totale du bâtiment et sa consommation énergétique).

La consommation des centres de données représente déjà 3% de la consommation mondiale d’électricité et 2% des émissions totales de gaz à effet de serre. On s’attend à ce que cela triple au cours de la prochaine décennie car les améliorations ne seront pas assez rapides.

Articles recommandés