France

Uber va ouvrir un centre de recherche sur les taxis volants à Paris

Par

le

Uber va ouvrir un nouveau centre de recherche à Paris pour développer les taxis volants de l’entreprise dans le cadre de son programme Elevate.

Lors du sommet Tech for Good organisé par Emmanuel Macron à l’Élysée, le PDG d’Uber a annoncé que l’entreprise va ouvrir un nouveau centre de recherche à Paris pour développer ses taxis volants, dans le cadre de son programme Elevate.

Le nouveau Centre des technologies avancées, qui ouvrira ses portes à l’automne, sera le premier site de développement d’Uber en dehors des États-Unis. L’entreprise de VTC a annoncé qu’elle investirait 20 millions d’euros au cours des cinq prochaines années et s’associera à l’École Polytechnique pour divers projets de recherche.

« Il y a près d’une décennie, l’idée d’Uber était née d’un besoin de faire un tour par une nuit froide à Paris », a déclaré Eric Allison, chef de l’aviation chez Uber. « C’est pourquoi nous sommes ravis d’annoncer notre nouveau centre de technologies avancées dans la ville où tout a commencé. »

Dara Khosrowshahi, PDG d’Uber, a déclaré: « Avec des ingénieurs de renommée mondiale et un rôle de premier plan dans l’aviation mondiale, la France est l’endroit idéal pour faire progresser notre programme Uber Elevate et nos nouvelles initiatives technologiques. »

Le centre de développement de Paris rejoindra les sites d’Uber situés à Pittsburgh, Toronto et San Francisco, et se concentrera dans un premier temps sur les systèmes de machine learning et de simulation nécessaires à la gestion des taxis volants.

Le PDG d’Uber a indiqué que le centre de Paris lui permettrait de travailler plus facilement avec les régulateurs européens de l’aviation, tels que l’Agence européenne de la sécurité aérienne. Uber travaille avec la Nasa et d’autres organisations pour développer des systèmes capables de suivre, de gérer et d’assurer la sécurité des taxis volants, ainsi que les réglementations qui régiraient leur utilisation.

La société a récemment obtenu l’autorisation de tester des systèmes de drones aux États-Unis dans le cadre d’une série de 10 projets validés par la Federal Aviation Authority qui sont conçus pour explorer les technologies et les réglementations qui seraient nécessaires pour régir leur utilisation.

Uber a également indiqué que son centre de recherche de Paris serait utilisé pour développer des réseaux intelligents pour soutenir les futures flottes de transport électrique au sol et dans les airs.

L’entreprise de taxi basée sur des applications a eu de multiples revers dans ses efforts pour développer la prochaine génération de véhicules de transport. Elle a récemment stoppé ses essais de conduite autonome en Arizona, à Pittsburgh et à San Francisco, à la suite du premier accident mortel impliquant un véhicule autonome.

La société fait également face à une concurrence féroce dans la course au développement de taxis autonomes, dont Kitty Hawk, du cofondateur de Google, Larry Page, qui a récemment dévoilé un drone électrique à deux personnes, testé et validé en Nouvelle-Zélande.

Articles recommandés