Insolite

Le FBI arrête le PDG d’une entreprise qui vend des BlackBerry modifiés à des gangs

Par

le

Le PDG de Phantom Secure a été arrêté par le FBI pour avoir vendu des BlackBerry modifiés à des organisations criminelles.

Les téléphones cryptés ont longtemps été utilisés par les organisations criminels comme un moyen pour les membres de communiquer en toute sécurité les uns avec les autres, mais les autorités sévissent contre les entreprises qui les fournissent. L’un des vendeurs les mieux établis de ces appareils Android et BlackBerry modifiés, Phantom Secure, vient de voir son propriétaire arrêté par le FBI pour avoir prétendument aidé des gangs incluant le cartel de drogue mexicain Sinaloa.

Comme le rapporte Motherboard, le fondateur et PDG de la firme canadienne Phantom Secure, Vincent Ramos, a été accusé de conspiration rackettiste pour mener des affaires, et de complicité de trafic de stupéfiants. La plainte allègue que la société a été créée spécifiquement pour aider les criminels et que les «hauts gradés» des gangs.

La plainte dit que la société supprime le microphone, l’appareil photo, la navigation GPS, la navigation Internet et les services de messagerie classiques des appareils avant de les revendre. Elle utilise également le logiciel de cryptage PGP (Pretty Good Privacy) pour sécuriser les conversations des criminels. Nicholas Cheviron, agent spécial du FBI, pense qu’il existe 20 000 téléphones Phantom Secure dans le monde, dont la moitié en Australie, qui rapportent des dizaines de millions de dollars à l’entreprise.

Des agents sous couverture auraient demandé à Phantom s’ils pouvaient utiliser ses téléphones pour envoyer en toute sécurité des messages tels que «envoyer de la MDMA à Montréal». La compagnie a déclaré que cela était «faisable». Ramos aurait dit aux agents de l’opération: “nous les avons aussi modifiés spécifiquement pour le trafic de drogue”.
Un membre reconnu du cartel de Sinaloa a déclaré que le gang avait acheté les téléphones de Phantom «spécifiquement» pour leurs activités illégales, ce qui a conduit à l’accusation de complicité.

Il y a encore beaucoup d’entreprises qui vendent des téléphones cryptés sous prétexte d’offrir une sécurité supplémentaire aux particuliers et aux entreprises qui en ont besoin, alors qu’en réalité, leurs principaux clients sont des membres de gangs. Mais ce dernier incident montre que les forces de l’ordre repoussent ceux qui, sciemment, permettent des crimes.

Articles recommandés