fbpx

Voici comment l’Hyperloop lévitera à 1.220 km/h

Par

le

L’une des deux entreprises qui visent à commercialiser le projet de transport ultra-rapide d’Elon Musk a annoncé avoir délivré une licence pour une technologie baptisée « sustentation magnétique passive ».

Après avoir reçu les autorisations nécessaires pour construire son propre circuit de test de 5 miles (soit 8 kilomètres) dans le comté de Kings, en Californie, Hyperloop Technologies, l’une des deux entreprises qui visent à commercialiser le projet de transport ultra-rapide d’Elon Musk a annoncé avoir délivré une licence pour une technologie baptisée « sustentation magnétique passive »

D’après la société, ce système est à la fois moins coûteux et plus sûr que la technologie classique, appelée maglev, utilisée sur les trains à grande vitesse en Europe et en Chine.

La variante passive a été inventée en 2000 au Laboratoire national de Lawrence Livermore, par une équipe dirigée par le physicien Richard Post. Contrairement au Maglev, le système ne requiert aucune infrastructure lourde. En effet, il utilise des bobines de fils de litz non alimentées dans la rampe de l’Hyperloop et des aimants permanents dans la rame pour que celle-ci puisse léviter.

« Du point de vue de la sécurité, le système a d’énormes avantages», a expliqué Bibop Gresta, COO de l’entreprise. « La sustentation est produite par le mouvement. De ce fait, s’il y a une défaillance, l’Hyperloop continuera de léviter avant de toucher le sol lorsque la vitesse minimale aura été atteinte ».

Il a ajouté: « L’utilisation d’un système de sustentation passive permettra d’éliminer la nécessité d’alimenter des stations électriques le long de la piste Hyperloop, ce qui rend ce système le plus approprié et permettra de diminuer les coûts de construction ».

Avec l’Hyperloop, le but est de pouvoir relier un jour San Francisco à Los Angeles, deux villes distantes d’environ 600 km, en seulement 30 minutes. L’objectif est d’ouvrir une première liaison publique à l’horizon 2020.

En Europe, la Slovaquie sera le premier pays d’Europe à accueillir un projet de ce type, en partenariat avec Hyperloop Transport Technologies. Le projet ambitionne de relier Bratislava à Vienne, en Autriche, en seulement 8 minutes. Les deux villes sont distantes d’environ 80 kilomètres. Il faut actuellement un peu plus d’une heure en voiture pour faire le trajet.

Articles recommandés