fbpx

Huawei prévoit de construire une usine de semi-conducteurs à Shanghai

Par

le

Afin de contrer les sanctions américaines, Huawei prévoit de construire une usine de semi-conducteurs à Shanghai.

En septembre, le président de Huawei, Guo Ping, a déclaré aux employés que l’entreprise avait un plan pour libérer le monde de la mainmise de Google sur le système d’exploitation Android. Il a également déploré les conséquences de l’ensemble croissant de restrictions de l’administration Trump qui ont laissé Huawei sans accès à plusieurs fournisseurs clés de composants matériels et logiciels nécessaires à ses produits.

Guo a assuré aux employés que la société serait bientôt en mesure de répondre aux besoins des 600 millions d’utilisateurs qui ont acheté son écosystème sans avoir besoin d’acheter ou de concéder une licence pour une technologie de fabrication américaine. La première étape a été l’introduction des services mobiles Huawei en remplacement des services mobiles Google sur les nouveaux appareils. HarmonyOS pourrait être la deuxième étape, mais ce n’est même pas près d’être un remplacement digne d’Android sur les appareils mobiles.

À l’époque, il avait également promisSelon un rapport du Financial Times, Huawei explore des moyens de construire rapidement une usine de fabrication de puces à Shanghai pour remplacer le besoin de fournisseurs externes. Auparavant, la société cherchait à exploiter SMIC, une fonderie basée à Shanghai qui semblait être un bon partenaire jusqu’à ce qu’il soit révélé qu’elle utilisait une technologie de fabrication américaine.

Dans le cadre de ce nouveau plan, Huawei construirait l’usine de fabrication et la ferait diriger par l’un de ses partenaires, le Shanghai IC R&D Center, qui bénéficie d’un fort soutien du gouvernement. Dans la première phase, l’usine expérimenterait des puces de 45 nm. D’ici la fin de 2021, Huawei commencerait à fabriquer des puces de 28 nm à utiliser dans les appareils IoT et les téléviseurs intelligents. Et d’ici 2022, il pourrait même fabriquer des puces pour les modems 5G et les stations de base basées sur un processus de 20 nm.

Les puces de smartphone, qui nécessitent les derniers nœuds de processus 7 nm et 5 nm, sont notamment absentes du plan si Huawei entend rester compétitif avec ses rivaux. Cependant, la société dispose d’un vaste marché domestique qui sera plus facile à desservir et pourrait théoriquement étirer son stock actuel de puces mobiles haut de gamme jusqu’en 2022, à condition de rationaliser son portefeuille de téléphones mobiles.

Le mois dernier, il se disait que Huawei pourrait envisager de vendre son smartphone Honor à une autre société chinoise. Cela résoudrait certains des problèmes d’approvisionnement et laisserait à Huawei suffisamment de temps pour développer sa branche de fabrication, mais cela ne change rien au fait qu’il perd des parts de marché en Europe et en Asie. Peut-être ironiquement, ce sont d’autres marques chinoises telles que Oppo, OnePlus, Vivo et Realme qui érodent les résultats de Huawei, et le temps presse pour que Huawei trouve un moyen d’assurer sa survie à long terme. que Huawei investirait massivement dans sa filiale HiSilicon et forgerait des partenariats plus solides avec les fabricants de puces en Chine en guise de contre-mesure aux restrictions américaines. Selon Guo, les États-Unis ont l’intention de saboter la position de la Chine à l’avant-garde de la course à la 5G. Il encourage donc les employés de Huawei à faire leur part dans le plan chinois d’autosuffisance technologique.


Articles recommandés