fbpx

La NASA annonce la signature des accords Artemis par huit pays

Par

le

Huit nations ont signé les principes des « accords Artemis » de la NASA pour l’exploration de la lune et de l’espace.

La Nasa n’est pas allée sur la Lune depuis que le commandant Eugene Cernan est devenu la dernière personne à y avoir marché en 1972, mais il est prévu de mettre le prochain homme et la première femme à la surface en 2024 grâce au projet Artemis. L’objectif est de construire des éléments durables sur et autour de la Lune pour la découverte et l’exploration à long terme, y compris une station spatiale lunaire connue sous le nom de Gateway.

Le projet est une entreprise énorme et a conduit à la création des accords Artémis pour aider à éviter les conflits. Ils s’appuient sur un Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967, dans lequel les signataires s’engagent à ne pas mettre d’armes sur la lune et d’autres corps célestes.

Les huit pays fondateurs qui ont signé les accords Artemis sont l’Australie, le Canada, l’Italie, le Japon, le Luxembourg, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis. Ils ont accepté les dix principes suivants:

  • Exploration pacifique: toutes les activités menées dans le cadre du programme Artemis doivent être menées à des fins pacifiques
  • Transparence: les signataires des accords Artemis mèneront leurs activités de manière transparente pour éviter la confusion et les conflits
  • Interopérabilité: les pays participant au programme Artemis s’efforceront de soutenir des systèmes interopérables pour améliorer la sécurité et la durabilité
  • Assistance d’urgence: les signataires des accords Artemis s’engagent à porter assistance au personnel en détresse
  • Enregistrement des objets spatiaux: toute nation participant à Artemis doit être signataire de la convention d’enregistrement ou devenir signataire avec empressement
  • Publication de données scientifiques: les signataires des accords Artemis s’engagent à publier des informations scientifiques, permettant au monde entier de nous rejoindre dans l’aventure Artemis
  • Préserver le patrimoine: les signataires des accords d’Artemis s’engagent à préserver le patrimoine spatial
  • Ressources spatiales: l’extraction et l’utilisation des ressources spatiales sont essentielles à une exploration sûre et durable et les signataires des accords Artemis affirment que ces activités doivent être menées conformément au Traité sur l’espace extra-atmosphérique.
  • Déconfliction des activités: les pays signataires de l’Accord Artémis s’engagent à prévenir les brouillages préjudiciables et à soutenir le principe du respect dû, comme l’exige le Traité sur l’espace extra-atmosphérique
    Débris orbitaux: les pays signataires des accords Artemis s’engagent à planifier l’élimination sûre des débris

Alors que la NASA dit que plus de pays apposeront leur nom sur les accords Artemis, deux absents notables sont la Russie et la Chine, qui ont tous deux signé le Traité sur l’espace extra-atmosphérique. La Russie, qui s’associe aux États-Unis sur l’ISS, a déclaré qu’elle n’avait guère d’intérêt à jouer un rôle majeur pour le moment.

« Nos partenaires américains promeuvent activement [Artemis]. À notre avis, Lunar Gateway, dans sa forme actuelle, est trop centrée sur les États-Unis. La Russie s’abstiendra probablement d’y participer à grande échelle », a déclaré Dmitri Rogozine, le chef de l’équipe russe. agence spatiale Roscosmos. «Cela étant dit, nous souhaitons nous assurer que la conception du module d’amarrage permettra au vaisseau spatial [du futur équipage Orel de la Russie] de s’arrimer à la passerelle lunaire.»

La Chine n’est pas aussi ouverte à la coopération. Il pense que les accords d’Artémis sont un autre exemple des États-Unis qui tentent de coloniser l’espace et de revendiquer la souveraineté sur la lune.


Articles recommandés