fbpx

EncroChat : démantèlement d’un réseau de téléphonie cryptée utilisé par les criminels

Par

le

Les autorités judiciaires et policières de France et des Pays-Bas ont annoncé le démantèlement d’un réseau mondial de téléphonie cryptée, principalement utilisé par des organisations criminelles.

Personne ne veut être espionné, surtout les criminels. C’est là qu’EncroChat est devenu utile. La société a fourni des téléphones spécialement modifiés qui permettent aux acheteurs d’utiliser un réseau crypté pour échanger des messages sans risquer d’être vus par les autorités. C’est du moins ce qu’ils ont pensé.

Les téléphones personnalisés d’EncroChat coûtent 1 000 € environ, mais ce prix ne vous offrait pas de fonctionnalités premium; ces appareils Android modifiés manquaient d’appareils photo, de microphones et de GPS. Cependant, ils proposaient des messages et des appels cryptés, des textes autodestructeurs et une fonction «panique» basée sur le code PIN. Les utilisateurs pouvaient même démarrer dans le système d’exploitation Android standard s’ils ne voulaient pas éveiller les soupçons, en passant au système EncroChat pour accéder aux fonctionnalités sécurisées. Le réseau a également fourni des abonnements avec une couverture mondiale de 1 500 € par mois.

La National Crime Agency (NCA) du Royaume-Uni écrit que le service de messagerie instantanée d’EncroChat a été utilisé par 60 000 personnes dans le monde pour coordonner la distribution de marchandises illicites, le blanchiment d’argent et le complot pour tuer des rivaux.

Ce que les criminels utilisant EncroChat ne savaient pas, c’est que les autorités françaises avaient réussi à infiltrer le réseau et installé un outil leur permettant de lire les communications des utilisateurs pendant des mois. Les messages ont ensuite été partagés avec des agences à travers l’Europe.

Ces informations ont abouti à la plus grande opération de police du Royaume-Uni, qui a entraîné 746 arrestations, la saisie de 54 millions de livres sterling en espèces, 77 armes à feu et plus de deux tonnes de drogues. La police a également saisi des mitraillettes, des armes de poing, quatre grenades, un fusil d’assaut AK47 et plus de 1 800 cartouches.

La NCA a ajouté que 28 millions des pillules d’Etizolam (Street Valium) ont été saisies, ainsi que 55 voitures de luxe et 73 montres de prestige. L’agence a collaboré avec la police pour empêcher les gangs rivaux de procéder à des enlèvements et à des exécutions en «atténuant avec succès plus de 200 menaces de mort.»

C’est une histoire similaire aux Pays-Bas, où la police a procédé à 60 arrestations, saisi huit tonnes de cocaïne, 10 kg d’héroïne et 3 300 livres de méthamphétamine cristalline, entre autres substances. Ils ont également démantelé 19 laboratoires de drogues synthétiques, saisi 25 véhicules dotés de «compartiments spéciaux» et de «montres de luxe».

« Ce qui ne semble possible que dans les films policiers et les films à suspense s’est produit sous nos yeux »
, a déclaré Andy Kraag, chef du Département national des enquêtes criminelles aux Pays-Bas. « Nous avons capturé des messages qui nous donnent un aperçu de la vie quotidienne dans le monde criminel. »

L’enquête sur EncroChat a débuté en 2017. Les autorités françaises ont découvert les serveurs de l’entreprise à Lille, une ville du nord de la France. Les utilisateurs ont été avertis que le réseau avait été «infiltré» par des «entités gouvernementales» le 13 juin.

EncroChat s’est présentée comme une entreprise légitime offrant une communication sécurisée à ceux qui en ont besoin, tels que les professionnels de la sécurité, les avocats et les journalistes d’investigation. Mais les autorités françaises disent que 90% des clients de l’entreprise dans le pays étaient «impliqués dans des activités criminelles». EncroChat a maintenant fermé.