fbpx

Mozilla teste une option qui facilite la lutte contre le spam

Par

le

Une nouvelle fonction d’alias de messagerie signée Mozilla a été lancée pour protéger votre véritable adresse des spammeurs.

Mozilla teste une nouvelle fonctionnalité qui devrait faciliter la protection de votre ou vos adresses e-mail principales contre les escrocs, les spammeurs et les nuisances générales. La société a annoncé un service appelé Firefox Private Relay, qui génère des adresses e-mail uniques afin que vous n’ayez pas à révéler une véritable adresse à un site Web.

La fonctionnalité expérimentale, qui est un module complémentaire de Firefox, permet aux utilisateurs de cliquer simplement sur un bouton Private Relay dans leur navigateur pour remplir un formulaire Web avec une adresse e-mail «unique, aléatoire et anonyme». Mozilla transmettra ensuite les e-mails de l’alias à votre véritable boîte de réception.

L’idée derrière la fonctionnalité est que si une adresse d’alias est partagée avec des annonceurs ou fait partie d’une base de données piratée et finit entre les mains de spammeurs, elle peut facilement être désactivée ou supprimée.

À l’heure actuelle, Private Relay est une version alpha sur invitation uniquement. Mozilla dit qu’il ajoutera bientôt une liste d’attente sur relay.firefox.com. Selon ZDNet, la fondation se prépare à lancer le service un peu plus tard dans l’année.

Bien que les filtres anti-spam capturent de nombreux e-mails indésirables, il y en a qui passent, vous pouvez également vous désinscrire de nombreuses listes de diffusion, mais cela peut parfois être un problème. La simple suppression d’un alias de messagerie est une option plus simple.

Les alias de messagerie sont loin d’être nouveaux. En effet, ils existent depuis des décennies. Mais ils peuvent également être difficiles à configurer, en particulier pour les utilisateurs moins avertis en technologie.

Lors de sa conférence des développeurs WWDC 2019, Apple avait annoncé sa fonctionnalité d’alias de messagerie Sign in with Apple. La société a ensuite été poursuivie en justice par le développeur de l’application BlueMail, Blix, qui a prétendu que la fonctionnalité violait une technologie brevetée.


Articles recommandés