fbpx

Un satellite européen évite une collision avec un satellite de SpaceX

Par

le

L’ESA affirme que son satellite Aeolus a réalisé une manœuvre d’évitement pour se protéger d’une collision avec un satellite de SpaceX.

L’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé avoir modifié la trajectoire de l’un de ses satellites d’observation pour éviter une collision avec un engin exploité par la société SpaceX d’Elon Musk.

« Le satellite d’observation de la Terre Aeolus de l’ESA a réalisé une manœuvre d’évitement, le faisant sortir d’une trajectoire de collision avec un satellite SpaceX dans leur constellation Starlink », a déclaré le compte Twitter de l’agence.

Les scientifiques ont décidé que le plan d’action le plus sûr consistait à augmenter l’altitude de l’engin, ajoutant que la manœuvre de lundi était « une première » pour éviter un satellite actif.

« La grande majorité des manœuvres d’évitement de l’ESA sont le résultat de satellites morts ou de fragments de précédentes collisions »
, a-t-il déclaré.

Un porte-parole de SpaceX a déclaré qu’un bug dans son système d’exploitation disponible sur appel empêchait l’équipe de voir que le risque de collision avec l’engin de l’ESA avait peut-être augmenté.

« Si l’opérateur de Starlink avait eu connaissance de la correspondance, nous nous aurions coopéré avec l’ESA pour déterminer la meilleure approche afin de poursuivre leur manœuvre ou effectuer notre manœuvre », a déclaré le porte-parole.

SpaceX, fondé par Musk en 2002, a lancé cette année une constellation de 60 satellites à large bande, un projet connu sous le nom de Starlink. Le lancement initial a incité les astronomes à tirer la sonnette d’alarme sur le risque d’une collision et a brièvement provoqué une série d’observations d’OVNI au-dessus des Pays-Bas.

SpaceX dit que la constellation Starlink pourrait éventuellement atteindre 12 000 satellites.

Confrontée à l’augmentation du nombre d’engins du secteur privé, dont l’atmosphère terrestre est d’environ 20 000, l’ESA organisera en novembre une réunion consacrée à la sécurité spatiale.

L’année dernière, l’agence européenne a lancé Aeolus, la première mission satellite destinée à collecter des données sur les régimes éoliens mondiaux.

Articles recommandés