fbpx

Le Bitcoin consomme plus d’énergie que la Suisse

Par

le

Le bitcoin est exploité avec une telle intensité à travers le monde que la cryptomonnaie est maintenant responsable d’une consommation d’énergie supérieure à celle de la Suisse.

Selon de nouvelles estimations publiées par des chercheurs de l’Université de Cambridge, le bitcoin consomme plus d’énergie que l’ensemble de la Suisse.

Un outil en ligne lancé cette semaine, le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index, ou CBECI, estime la quantité d’énergie nécessaire pour maintenir le réseau Bitcoin en temps réel, avant de l’utiliser pour calculer sa consommation annuelle d’énergie.

Selon la CBECI, le réseau mondial Bitcoin consomme plus de sept gigawatts d’électricité. Au cours d’une année, la consommation d’énergie s’élève à environ 59 TWh ou Térawattheures. C’est plus que ce que la Suisse utilise sur la même période (58 TWh par an), mais moins que l’Autriche (64 TWh par an).

Le Bitcoin consomme plus d'énergie que la Suisse

Cela signifie que les bitcoins représentent environ 0,25% de la consommation mondiale d’électricité. C’est autant d’énergie que toutes les bouilloires à thé au Royaume-Uni en 11 ans. Cela signifie également que l’électricité gaspillée chaque année par des appareils électroniques toujours actifs mais inactifs aux États-Unis pourrait alimenter le réseau Bitcoin à quatre reprises.

Il est bien connu que le Bitcoin nécessite une énorme quantité d’électricité, utilisée par les mineurs du monde entier utilisant le matériel informatique nécessaire pour entretenir le réseau et valider les paiements. Mais il ne faut pas oublier non plus que ces chiffres sont très approximatifs.

Dans un billet de blog annonçant le nouvel indice, le Cambridge Center for Alternative Finance, qui a supervisé le travail, précise toutefois que «les estimations fiables de la consommation d’électricité de Bitcoin sont rares: dans la plupart des cas, elles ne fournissent qu’un instantané unique et les chiffres montrent souvent des écarts importants d’un modèle à l’autre».

Cette incertitude est reflétée par l’inclusion par le CBECI de limites inférieure et supérieure pour ses estimations. La limite inférieure est actuellement d’environ 22 TWh, tandis que la limite supérieure est légèrement inférieure à 150 TWh. (Bien que ces chiffres puissent avoir changé depuis le moment de la publication).

C’est un écart important, et cela suggère que des comparaisons exactes entre différentes estimations devraient être effectuées avec des pincettes. Une autre estimation répandue de l’utilisation de l’énergie par la cryptomonnaie, rapportée par Digiconomist, fixe la consommation annuelle du réseau à 70 TWh, par exemple, soit six TWh de plus que le CBECI de l’Université de Cambridge.

Indépendamment des chiffres exacts, la consommation d’énergie du Bitcoin a de quoi suscité des critiques. Elle a augmenté rapidement, doublant parfois en moins de six mois, et ce type d’utilisation d’énergie entraîne une empreinte carbone importante. Encore une fois, les estimations exactes de cet impact sur l’environnement varient considérablement en raison de la difficulté de déterminer comment l’électricité utilisée pour alimenter le matériel pour miner du Bitcoin est générée.

La cryptomonnaie semble également difficile à manier en termes d’utilité quotidienne. Alex de Vries, expert Bitcoin chez PwC, a déclaré à BBC News que le réseau traitait moins de 100 millions de transactions par an, un chiffre « totalement insignifiant » par rapport aux 500 milliards de paiements traités par le secteur financier traditionnel. de Vries estime que Bitcoin utilise plus d’énergie par transaction que toutes les autres banques du monde.

Articles recommandés

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Pour ne rien rater de l’actualité High Tech, Geek & Insolite, suivez-nous sur Facebook et Twitter 😉