fbpx

Un employé de Microsoft suggère à Mozilla d’abandonner Firefox et d’adopter Chromium

Par

le

Un ingénieur de chez Microsoft veut que Mozilla descende de sa « tour d’ivoire philosophique », arrête de créer un navigateur Web peu utilisé et devienne un organisme de recherche.

Un responsable de programme Microsoft a fait sensation sur Twitter ce week-end en suggérant que le développeur de Firefox, Mozilla, devrait abandonner son propre moteur de rendu et passer à Chromium.

« Pensée: Il est temps pour @mozilla de descendre de sa tour d’ivoire philosophique. Le Web est dominé par Chromium. S’ils se soucient vraiment du Web, ils devraient apporter leur pierre à l’édifice au lieu de créer un univers parallèle qui est utilisé par moins de 5% ? » a écrit Kenneth Auchenberg, qui crée des outils de développement Web pour Visual Studio Code de Microsoft.

Le message d’Auchenberg faisait référence à la réponse de Mozilla à l’annonce par Microsoft en décembre de supprimer le moteur de rendu EdgeHTML d’Edge pour celui de Chromium. Cette décision laissera le moteur Gecko de Firefox comme la seule alternative à Chromium, utilisé par Opera et des dizaines d’autres navigateurs.

Chris Beard, PDG de Mozilla, a déclaré à l’époque que la décision de Microsoft donnerait à Google plus de pouvoir pour déterminer de manière autonome comment les gens utilisent le Web. Beard a fait valoir que Mozilla devait concurrencer Google « parce que la santé d’Internet et la vie en ligne dépendent de la concurrence et du choix ».

Si Chrome possédait une part de marché quasi monopolistique, les développeurs n’auraient besoin que de créer leurs sites et leurs applications pour fonctionner avec Chromium, a-t-il déclaré, projetant un retour aux versions antérieures à Firefox 2000, alors que Microsoft Internet Explorer détenait le monopole des navigateurs.

Peu de gens sont d’accord avec Auchenberg, y compris des ingénieurs de Mozilla et de Chromium. Le Mozillien de longue date, Asa Dotzler, n’a pas été impressionné.

« Ce n’est pas parce que votre employeur a renoncé à son personnel et à sa technologie que les autres doivent suivre »
, a répondu Dotzler à Auchenberg.

Auchenberg a précisé qu’il ne voulait pas voir Mozilla disparaître, mais il a déclaré qu’il devrait se réorganiser en une institution de recherche « au lieu d’essayer de se justifier avec le récit des » protecteurs du Web «  ».

Le débat sur l’avenir de Firefox s’est tourné vers la décision prise par Google en 2013 de créer WebCore, le moteur de rendu Chrome de Chrome, dans WebKit, en raison de désaccords entre Google et les contributeurs d’Apple et d’ailleurs.

« Je pense que vous oubliez que Google a démarré WebKit avec Chromium », a écrit Auchenberg à Chris Peterson, responsable du programme Mozilla Firefox.

Peterson pense que ce ne sera qu’une question de temps avant que Google et Microsoft ne se disputent pour savoir quels correctifs ajouter à Chromium.

« Google, Apple et Mozilla ont des agendas différents. Par exemple, Google accepterait-il des correctifs d’Apple ou de Mozilla pour ajouter une protection contre le suivi sur Chromium ? Combien de temps avant que Microsoft et Google ne soient en désaccord ? » a écrit Peterson.

Auchenberg a exposé sa pensée sur le fait que Mozilla jette l’éponge sur le marché des navigateurs.

«  Au fur et à mesure que la complexité augmente, vous arrivez à un point où vous “êtes obligés” de bâtir sur les couches existantes pour être en mesure de répondre aux attentes fondamentales et d’être compétitif. C’est là où nous en sommes aujourd’hui avec la plateforme Web. Tenter l’impossible et insister sur votre propre implémentation relève du suicid« , a-t-il expliqué.

Il n’est pas non plus d’accord avec l’idée que Chromium domine le Web comme Internet Explorer le fait, car le premier est open source.

Articles recommandés