fbpx

Facebook payait secrètement des jeunes 20 $ par mois pour accéder à leurs données

Par

le

Un nouveau rapport a révélé que, depuis 2016, Facebook payait secrètement des jeunes pour qu’ils installent une application afin que l’entreprise puisse collecter des données à leur sujet.

Selon un nouveau rapport, Facebook a lancé un programme de collecte de données d’utilisateurs auprès de volontaires rémunérés au cours des trois dernières années. TechCrunch a annoncé que l’entreprise payait jusqu’à 20 $ par mois des personnes âgées de 13 à 25 ans en échange de l’installation d’une application appelée Facebook Research sur iOS ou Android, qui surveille leur activité téléphonique et Web et la renvoie à Facebook. La société a confirmé l’existence du programme de recherche à TechCrunch.

Auparavant, Facebook collectait certaines de ces données via Onavo Protect, un service de réseau privé virtuel (VPN) acquis en 2013. Ces données se sont révélées extrêmement utiles pour le réseau social : elles ont ensuite permis d’identifier, dans le futur, des concurrents émergents, puis de les acquérir ou de les cloner. Facebook a supprimé l’application de l’App Store l’été dernier après que Apple se soit plaint de violation des directives de l’App Store en matière de collecte de données.

L’application Research nécessite que les utilisateurs installent un certificat racine personnalisé, ce qui permet à Facebook de voir leurs messages privés, leurs e-mails, leurs recherches sur le Web et leurs activités de navigation. Elle demande également aux utilisateurs de prendre des captures d’écran de l’historique de leurs commandes Amazon et de les renvoyer à Facebook.

Le programme semble violer les politiques d’Apple pour les développeurs utilisant des certificats d’entreprise pour accorder un accès root à l’iPhone. Les certificats, destinés à permettre aux employeurs d’avoir accès aux dispositifs de travail des employés, ne peuvent pas être installés sur les téléphones des clients. TechCrunch a rapporté qu’un porte-parole de Facebook avait déclaré que le programme n’enfreignait pas les règles d’Apple mais ce dernier n’a pas pu donner plus de détails.

Facebook a fait des efforts pour cacher son implication dans le projet jusque’à l’étape précédent l’installation de l’application, a rapporté TechCrunch. Les services de test bêta Applause, BetaBound et uTest fournissent tous des services liés au programme de recherche:

« Facebook a commencé à distribuer l’application Research VPN en 2016. C’est ce qu’on appelle le Projet Atlas depuis au moins la mi-2018, à l’époque où les réactions contre Onavo Protect ont été amplifiées et où Apple a institué ses nouvelles règles interdisant Onavo. Facebook ne souhaitait pas arrêter de collecter des données sur l’utilisation du téléphone par ses utilisateurs et le programme de recherche s’est poursuivi, au mépris de l’interdiction de l’Onavo Protect par Apple.

Les publicités du programme géré par uTest sur Instagram et Snapchat recherchent une « étude de recherche rémunérée sur les réseaux sociaux » pour les adolescents de 13 à 17 ans. La page d’inscription du programme de recherche Facebook géré par Applause ne mentionne pas Facebook, mais cherche des utilisateurs «Âge: 13-35 ans (autorisation parentale requise pour les 13-17 ans)».

Si Apple décide que Facebook Research enfreint ses politiques, l’entreprise pourrait bloquer l’utilisation de certificats d’entreprise, accentuant ainsi les tensions déjà fortes entre les entreprises. Entre-temps, nous avons appris une autre façon pour Facebook de survoler les détails les plus intimes de nos vies, pour 20 dollars par mois.

Articles recommandés