Business

L’éditeur de League of Legends, Riot Games, poursuivi en justice pour discrimination sur le genre

Par

le

Riot Games, l’éditeur de League of Legends, est poursuivi pour discrimination sur le genre par une employée actuelle et une ancienne employée.

Il y a quelques mois, une vaste enquête menée par le site Kotaku avait débouché sur de nombreuses allégations d’anciennes et actuelles employées décrivant en détail une culture sexiste dans l’entreprise. Peu de temps après, encore plus d’allégations ont été rapportées, couvrant cette fois du harcèlement sexuel et des comportements déplacés.

Le mardi 6 novembre, une employée actuelle et une ancienne employée ont officiellement engagé un recours collectif contre Riot Games pour discrimination et harcèlement sur le genre, au motif que l’entreprise violait le California Equal Pay Act.

Le procès cite la façon dont les employées « se sont vu refuser l’égalité de rémunération et ont trouvé leur carrière étouffée parce qu’elles sont des femmes », et affirme que « leurs conditions de travail ont été affectées négativement en raison du harcèlement sexuel, des comportements déplacés et des préjugés » en raison de Riot’s environnement « sexuellement hostile ».

Il est intéressant de noter que la plainte explique que la discrimination sur le genre chez Riot était liée aux présomptions de la société quant à l’identité des « vrais gamers » parmi les employés, et décrivait l’inconduite sexuelle présumée comme un autre produit de la « culture du jeu » perpétuée par Riot.

Les revendications appellent Riot à non seulement fournir une compensation financière pour les salaires perdus, mais également à modifier la culture sociale de l’entreprise afin d’empêcher que le cycle de la discrimination et du harcèlement se poursuive.

Un grand nombre des situations décrites dans le document juridique de 42 pages étaient décrites en détail dans l’article original de Kotaku ou dans des rapports qui ont suivi.

Parmi les exemples notables de «l’humour» maison et de l’objectivation sexuelle des femmes, il y a une chaîne partagée par e-mail qui classe «Les employées les plus hot de Riot Games». Il est également signalé un autre cas où une employée a eu connaissance d’une autre chaîne dans laquelle un collègue discutait de ce que ce serait de « la pénétrer ». Pire encore, on a appris à une autre qu’elle figurait sur une liste des personnes employées par la haute direction de la société qui coucheraient avec elle.

Le plus troublant peut-être est une autre affirmation selon laquelle un ancien employé de sexe masculin aurait conservé sa position de leader après avoir drogué et violé une autre employée de Riot Games.

Malgré les promesses incessantes de changement de la part de Riot Games, la poursuite allègue que la dénonciation de cette inconduite généralisée s’est heurtée, au mieux, à des enquêtes et des initiatives superficielles. Au pire, des employées ont été réduites au silence par des actes d’intimidation ou de cessation d’emploi.