FR & Monde

La Commission européenne veut que les géants de la technologie suppriment le contenu terroriste dans l’heure qui suit un signalement

Par

le

La Commission européenne veut que Facebook et Google suppriment le contenu terroriste dans l’heure qui suit un signalement.

La Commission européenne a envoyé des directives expansives à Facebook, à Google et à d’autres entreprises technologiques pour éradiquer les contenus terroristes et autres contenus illégaux en ligne. La commission a présenté des recommandations qui s’appliquent à toutes les formes de contenu illégal, y compris les médias terroristes, les abus sexuels commis sur des enfants, les produits contrefaits, les atteintes au droit d’auteur et les contenus incitant à la haine et à la violence. Les recommandations précisent également des procédures plus claires, des outils plus efficaces et des garanties plus solides, y compris la surveillance et la vérification humaines, de sorte que tout ce qui est incorrectement signalé puisse être restauré.

Dans le cadre des nouvelles lignes directrices, la commission exige que les entreprises suppriment le contenu terroriste au maximum une heure après que celui-ci soit référé, justifiant que ces contenus sont les plus nocifs dans les premières heures suivant leur publication.

Le vice-président de la Commission européenne, Andrus Ansip, a déclaré:
“Alors que plusieurs plateformes ont supprimé plus de contenu illégal que jamais, montrant que l’autorégulation peut fonctionner, nous devons encore réagir plus rapidement contre la propagande terroriste et d’autres contenus illégaux qui constituent une menace sérieuse pour la sécurité, la sûreté et les droits fondamentaux de nos citoyens “

La détection automatisée, les outils pour empêcher les ré-uploads, et un système de référence amélioré entre les états membres de l’UE sont quelques unes des mesures que la commission recommande. Il s’agit du dernier effort de l’UE pour lutter contre le contenu illégal.

La commission propose ces mesures opérationnelles avant de décider de proposer ou non une loi. Les recommandations ne sont pas contraignantes, mais elles peuvent encore être utilisées comme références juridiques devant les tribunaux, note le Wall Street Journal. La commission affirme qu’elles sont conçues pour accélérer le processus de signalisation et de suppression des contenus inappropriés, et pour renforcer la coopération entre les entreprises, les signaleurs de confiance et les autorités répressives.

Selon le WSJ, les entreprises technologiques se méfient des lignes directrices qui pourraient porter atteinte à la liberté d’expression. Les dirigeants ont déclaré au quotidien américain qu’ils ont déjà été “étirés pour répondre aux demandes existantes de l’UE dans la région”.

Les entreprises de technologie ont travaillé avec les législateurs en ce qui concerne le contenu inapproprié depuis des années. Facebook a précédemment déclaré qu’il voulait être un “lieu hostile” pour les terroristes et qu’il utilise un mélange d’IA et d’intervention humaine pour extirper le contenu terroriste. YouTube a également annoncé de nouvelles mesures l’année dernière, notamment des systèmes automatisés et des signaleurs supplémentaires pour lutter contre l’extrémisme sur sa plateforme. En 2016, Facebook, Twitter, Microsoft et YouTube ont signé un code de conduite européen sur la lutte contre le discours de haine en ligne.

Selon les nouvelles recommandations, les entreprises technologiques et les États membres de l’UE sont tenus d’afficher des rapports réguliers sur la manière dont le contenu du terrorisme est traité dans les trois mois et dans les six mois pour les autres contenus illicites.