Sciences

Les chercheurs résolvent enfin le mystère du squelette d’«Alien» trouvé dans le désert d’Atacama

Par

le

Des tests génétiques révèlent l’histoire incroyable, tragique et vraie du minuscule squelette d’«Alien» trouvé dans le désert d’Atacama.

Lorsque les restes momifiés d’un humanoïde de 15 cm ont été découverts dans une ville minière abandonnée du désert d’Atacama, au Chili, il y a 15 ans, les spéculations sur ses origines se sont multipliées. Le squelette, qui a été vendu à un collectionneur privé en Espagne, était si bizarre qu’il est apparu dans un documentaire comme une preuve potentielle de la vie extraterrestre.

Depuis, des scientifiques en Californie ont extrait l’ADN des os de la momie et reconstitué l’histoire réelle et tragique de l’individu, connu sous le nom d’Ata. Plutôt qu’un visiteur d’un autre monde, Ata était une fille qui semble avoir été mort-née, ou être morte immédiatement après sa naissance, avec des mutations dévastatrices qui ont façonné son corps d’une manière extraordinaire.

Les restes d’Ata ont été retrouvés en 2003 à La Noria, une vieille ville minière de nitrate, apparemment enveloppée dans un tissu blanc attaché avec un ruban violet. Le squelette était remarquable à bien des égards. Avec ses 15 cm de haut, les os avaient certaines caractéristiques d’un enfant âgé de six à huit ans. Au lieu des 12 paires de côtes habituelles trouvées sur les humains, Ata n’avait que 10 paires. La tête était une forme de cône allongé.

1521756842566

Les restes ont attiré l’oeil de Garry Nolan, un professeur de microbiologie et d’immunologie à l’université de Stanford en Californie, qui a offert d’étudier le spécimen. En 2013, il a conclu qu’Ata était humaine, mais les raisons des déformations dramatiques étaient loin d’être claires.

Nolan et ses collègues de l’Université de Californie à San Francisco viennent de publier leur analyse de la composition génétique complète d’Ata. De l’ADN extrait des os, ils ont trouvé que Ata était une fille qui avait des mutations dans au moins sept gènes qui sont connus pour causer des malformations squelettiques majeures ou accélérer leur développement. Pris ensemble, ils expliquent la taille d’Ata, ses côtes et sa forme de crâne anormales, et l’âge apparemment avancé de ses os.

Au-delà de ses malformations squelettiques, Ata peut avoir eu une affection appelée hernie diaphragmatique congénitale, une anomalie congénitale relativement commune qui menace la vie dans laquelle le diaphragme ne se développe pas correctement. Une analyse plus poussée a révélé que l’ADN d’Ata ressemblait le plus à celui des autres Chiliens.

La découverte de mutations qui pourraient avoir vieilli les os d’Ata pourrait à l’avenir aider les patients ayant des problèmes de squelette, a déclaré Nolan.

« Comprendre le processus pourrait nous permettre de développer des thérapies ou des médicaments qui stimulent le développement osseux des personnes, par exemple, dans des accidents de voiture catastrophiques », a-t-il dit. Les détails du travail sont publiés dans la revue Genome Research.

Nolan croit qu’Ata était mort-née ou est morte immédiatement après sa naissance, peut-être 40 ans avant que ses restes aient été découverts.

« Elle était si mal formée qu’elle était incapable de se nourrir. Dans son état, elle aurait fini aux soins intensifs néonatals, mais étant donné que le lieu où ses restes ont été trouvés, de telles choses n’étaient tout simplement pas disponibles », a-t-il dit.

« Alors que cela a commencé comme une histoire sur les aliens, avant de s’exporter à travers le monde, c’est vraiment l’histoire d’une tragédie humaine. Une femme avait un bébé malformé, il était préservé, puis récupéré ou vendu comme un artefact étrange. Au final, il s’avère être humain, avec une histoire génétique fascinante à partir de laquelle nous pourrions apprendre quelque chose d’important pour aider les autres. Puisse-t-elle reposer en paix. »