fbpx

Un hacker publie des données de 30 000 employés du FBI et de la sécurité intérieure

Par

le

Un hacker a publié les données personnelles de 30 000 employés du FBI et de la sécurité intérieure. Il assure détenir également 200 gigabytes de données sensibles.

Le gouvernement américain a subi un nouveau vol de données. Bien qu’il ne soit pas aussi grave que celui du mois de juillet, où 21,5 millions de fonctionnaires américains avaient été touchés, ce récent hack a permis au pirate de récolter et de publier en ligne des renseignements personnels de près de 30.000 employés du gouvernement.

Dimanche, le site Motherboard a été le premier à avoir eu connaissance de l’attaque. Un hacker anonyme avait promis de publier les détails de plus de 20.000 employés du FBI et 9.000 d’agents de la sécurité intérieure.

Juste avant le coup d’envoi du Super Bowl, qui a réuni quelques 150 millions de téléspectateurs, le cybercriminel a tenu parole et a rendu public une liste des 9000 employés de la sécurité intérieure. Hier, les données personnelles de 20.000 agents du FBI ont également été publiées.

Les informations ont été publiées sur CryptoBin, un site qui permet le partage de données cryptés, et comprennent les noms, grades, adresses e-mail, mais également leurs adresses personnelles et numéros de téléphone de chaque personne. Le pirate, qui utilise le pseudo @DotGovs sur Twitter, a posté un message avec un lien vers le fichier. On peut y lire: « Vive la Palestine, vive Gaza», avec un hashtag #FreePalestine. Le compte a également affiché deux captures d’écran d’un navigateur Web connecté à un ordinateur du Département de la Justice américaine (DoJ).

La personne responsable de cette attaque a expliqué à Motherboard comment elle avait réussi son coup. Le pirate a compromis l’un des comptes mails d’un salarié du DoJ, avant de récupérer le code d’accès aux serveurs intranet. Pour cette étape, rien de sorcier puisqu’il lui a suffit d’un simple coup de fil pour l’obtenir, en se faisant passer pour un nouvel employé.

Le pirate affirme avoir eu accès à environ un téraoctet de données du gouvernement, mais qu’il n’en a récupéré seulement 200 Go. Pour ce qui est des revendications, il a indiqué qu’il s’agissait d’une action pro-palestinienne et contre la politique d’Israël et du gouvernement américain. Le hacker a également fait référence aux Anonymous sur son compte Twitter.


Articles recommandés