fbpx

Mars : les radiations cosmiques compliquent la future mission

Par

le

Les radiations cosmiques seraient nocives pour le cerveau des astronautes, ce qui empêcherait toute mission vers Mars.

Nous savons depuis longtemps qu’il y a de nombreux obstacles liés à une mission vers Mars, comme la construction d’un vaisseau capable d’effectuer un voyage aussi long avec des astronautes. Aujourd’hui, des chercheurs américains ont découvert un autre facteur de complication dans la conquête de la planète rouge: les rayons cosmiques émanant des supernovas comportent des radiations qui pourraient endommager significativement le cerveau des astronautes.

Charles Limoli, de l’Université de Californie à Irvine, principal auteur de cette étude, explique que les radiations entraineraient une baisse des capacités de travail, des déficits de mémoire, des pertes de connaissance ainsi que des difficultés de concentration pendant les vols dans l’espace. Tout cela pourrait donc affecter des activités essentielles d’une mission vers Mars.

Mais en plus de présenter des risques durant la mission, ces radiations cosmiques pourraient altérer les capacités cognitives des astronautes de manière irréversible. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont fait des tests sur des souris exposées à des radiations de particules à haute énergie. Ces radiations ont provoqué une inflammation dans le cerveau des rongeurs qui perturbait la transmission des signaux nerveux.

Après des scanners, il a été révélé que le réseau de communications du cerveau avait été altéré par des réductions de la structure des neurones. Des altérations des synapses, qui relient les neurones, combinées à d’autres changements structurels, ont interféré avec la capacité des cellules nerveuses de transmettre efficacement les signaux électrochimiques, expliquent les chercheurs. Ces phénomènes ont entraîné une baisse des performances à différents tests d’évaluation de la capacité d’apprentissage et de mémoriser.

Selon le Dr Limoli, de tels déficits cognitifs ne se manifesteraient pas avant plusieurs mois chez l’astronaute, mais la durée d’une mission vers Mars serait suffisante pour que de tels symptômes apparaissent. Cependant, il explique que cela n’est pas le cas pour les astronautes dans la Station spatiale internationale (ISS), qui font des séjours de six mois, car ils ne sont pas exposés à une aussi grande intensité, grâce à la magnétosphère terrestre.

Pour les missions sur Mars, les chercheurs ont soumis l’idée de zones de protection renforcée contre les rayonnements cosmiques dans certaines parties des engins spatiaux.


Articles recommandés