X/Twitter commence à facturer 1 $ par an aux nouveaux utilisateurs dans deux pays

Par

le

Aux Philippines et en Nouvelle-Zélande, il faut désormais payer pour avoir accès à X (ex-Twitter).

Le désir d’Elon Musk de facturer à chaque utilisateur X, anciennement Twitter, des frais d’abonnement a fait un premier pas vers la réalité. La plateforme propose désormais des frais annuels de 1 $ aux nouveaux utilisateurs en Nouvelle-Zélande et aux Philippines dans le cadre d’un modèle appelé « Not A Bot ».

Suite à l’annonce du mois dernier selon laquelle Musk avait suggéré de facturer une somme modique aux utilisateurs X pour lutter contre le problème des robots du service, Fortune a été le premier à annoncer que la société commencerait à facturer 1 $ par an aux utilisateurs de Nouvelle-Zélande et des Philippines pour la possibilité de tweeter, de répondre, citez et ajoutez des publications à leurs favoris sur la version Web de X. Les frais ne s’appliqueront qu’aux nouveaux utilisateurs, les comptes existants ne seront pas affectés, qui doivent également confirmer leurs numéros de téléphone. Il n’est pas clair si ces changements s’appliqueront également à l’application.

Tous les nouveaux utilisateurs qui ne souhaitent pas payer l’abonnement seront limités aux actions de « lecture seule », comme la possibilité de lire des messages, de regarder des vidéos et de suivre les autres.



« Depuis le 17 octobre 2023, nous avons commencé à tester ‘Not A Bot’, une nouvelle méthode d’abonnement pour les nouveaux utilisateurs dans deux pays »
, a déclaré X dans un message suite à l’annonce du déploiement. « Ce nouveau test a été développé pour renforcer nos efforts déjà importants visant à réduire le spam, la manipulation de notre plateforme et l’activité des robots. »

« Cela évaluera une mesure potentiellement puissante pour nous aider à combattre les robots et les spammeurs sur X tout en équilibrant l’accessibilité de la plateforme avec le petit montant des frais. Dans le cadre de ce test, les utilisateurs existants ne sont pas affectés. »

Musk a parlé de son souhait de facturer aux utilisateurs X ce qu’il a appelé un « petit paiement mensuel » lors d’une conversation en direct avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en septembre. Il a déclaré que le fait que les créateurs de robots soient obligés de payer des frais chaque fois qu’ils créent un autre robot aurait un effet dissuasif.

« Parce qu’un robot coûte une fraction d’un centime, voir un dixième de centime, mais même s’il doit payer […] quelques dollars ou quelque chose comme ça, le coût effectif des robots est très élevé », expliquait alors Musk.

En guise de contrepoint valable, Matt Mullenweg de WordPress n’a pas tardé à réagir avec quelques réflexions qui peuvent être résumées par le fait que même si la « preuve de travail » (payer pour l’accès) peut être un moyen de dissuasion temporaire pour les robots, les spammeurs et les trolls rémunérés, l’historique des tendances du Web suggèrent que même un petit paywall n’empêchera pas nécessairement les abus, car les acteurs malveillants dépensent déjà des milliers, voire des millions de dollars, récoltant des bénéfices qui en valent la peine pour leurs moyens frauduleux, qu’il s’agisse d’un gain financier instantané ou simplement de la création de l’illusion de un certain récit.

On ne sait pas quand ou si les frais seront étendus à d’autres pays, mais un déploiement plus large semble être une valeur sûre.

L’abonnement payant actuel de X, X Premium, offre des avantages supplémentaires tels qu’une coche bleue (qui peut être masquée) et la possibilité de modifier les publications. Cela commence à 8 $ par mois / 84 $ par an (version Web) ou 11 $ par mois / 115 $ par an pour Android et iOS. Les abonnés voient également la moitié du nombre d’annonces, bénéficient d’un classement prioritaire dans les recherches, peuvent rédiger des articles plus longs, et bien plus encore. Mais on estime que moins d’un million d’utilisateurs s’abonnent à X Premium.

Alors que X et Musk insistent sur le fait que les nouveaux frais visent à résoudre le problème des robots et pas seulement à constituer une source de revenus supplémentaire, le nombre d’annonceurs qui ont quitté le service depuis que le milliardaire a pris la relève a entraîné une baisse des revenus publicitaires de 60 %.


Articles recommandés