La Russie dit qu’elle quittera l’ISS, mais la NASA veut que la coopération se poursuive

Par

le

La Russie a fait savoir qu’elle ne travaillera plus avec la NASA sur l’ISS jusqu’à la levée des sanctions.

La Russie a déclaré qu’elle suspendrait sa coopération avec les pays occidentaux sur la Station spatiale internationale (ISS) jusqu’à ce que les sanctions imposées à Moscou soient levées. Le directeur de l’espace russe, Dmitri Rogozine, a fait cette annonce sur les réseaux sociaux, mais la NASA affirme qu’elle continue de soutenir la coopération spatiale gouvernementale.

Rogozine, qui dirige l’agence spatiale russe Roscosmos, a déclaré que le but des sanctions était de « tuer l’économie russe et de plonger notre peuple dans le désespoir et la faim, pour mettre notre pays à genoux ». Il a ajouté qu’ils « n’y parviendront pas, mais les intentions sont claires ».

« C’est pourquoi je pense que le rétablissement de relations normales entre les partenaires de la Station spatiale internationale (ISS) et d’autres projets n’est possible qu’avec la suppression totale et inconditionnelle des sanctions illégales », a écrit Rogozine dans son compte Telegram.

Rogozin a tweeté qu’il avait fait appel des sanctions dans des lettres adressées à la NASA, à l’Agence spatiale européenne et à l’Agence spatiale canadienne. Il a également publié des images de ce qui serait des réponses de chaque pays et l’Agence spatiale canadienne a confirmé l’authenticité de la lettre à The Verge.

« Les États-Unis continuent de soutenir les coopérations spatiales gouvernementales internationales, en particulier les activités associées à l’exploitation de l’ISS avec la Russie, le Canada, l’Europe et le Japon », indique une lettre, signée par l’administrateur de la NASA, Bill Nelson. « Les mesures de contrôle des exportations américaines nouvelles et existantes continuent de permettre la coopération entre les États-Unis et la Russie pour assurer la poursuite des opérations sûres de l’ISS. »

Rogozine a déclaré que Roscosmos déterminera une date pour mettre fin à l’implication de la Russie avec l’ISS, qui sera ensuite signalée au gouvernement russe.

La Russie a continué à travailler avec des partenaires occidentaux, y compris les États-Unis, sur l’ISS depuis que le pays a envahi l’Ukraine. Deux cosmonautes russes et un astronaute américain sont revenus sur terre mercredi dernier et ont atterri au Kazakhstan, où ils ont été accueillis par des responsables russes et de la NASA qui ont coopéré lors de la récupération.

Le New York Times note que l’accord entre les nations participant au programme spatial court jusqu’en 2024, et les États-Unis veulent le prolonger jusqu’en 2030. La Russie a précédemment déclaré qu’elle prévoyait de quitter l’ISS et de lancer sa propre station spatiale en orbite d’ici la fin de la décennie.

« Tous nos partenaires internationaux, y compris Roscosmos, progressent vers l’extension de la station jusqu’en 2030 », a déclaré Kathy Lueders, administratrice associée de la NASA pour les opérations spatiales. Elle a ajouté que la NASA travaille également sur d’autres accords avec la Russie.

En février, Rogozine a averti que sans la participation de la Russie, sur laquelle la NASA s’appuie pour la position et l’orientation de l’ISS dans l’espace, la station viendrait (éventuellement) s’écraser sur les États-Unis, l’Europe, l’Inde ou la Chine. Mais Elon Musk pense que SpaceX pourrait empêcher ce scénario cauchemardesque.


Articles recommandés