Amazon va vendre les articles retournés afin de réduire ses déchets

Par

le

Amazon va laisser les vendeurs tiers de son site signaler les articles retournés comme « usagés » pour les remettre en vente.

Amazon a annoncé son intention de réduire les déchets en permettant aux vendeurs tiers de revendre plus facilement les articles retournés par les clients ou les stocks excédentaires sur la plate-forme. Cette décision intervient après que le géant de la vente au détail a été fortement critiqué pour avoir détruit jusqu’à 200 000 articles par semaine dans son entrepôt de Dunfermline en Écosse.

Amazon a introduit deux nouveaux programmes Fulfillment by Amazon (FBA) qui, selon lui, donneront une seconde vie à plus de produits. Le premier d’entre eux, appelé FBA Grade and Resell, donne aux partenaires de vente tiers la possibilité de vendre les produits retournés sur Amazon en tant qu’articles « d’occasion », avec le prix basé sur l’état du produit tel qu’évalué par Amazon (comme neuf, très bon, Bon et Acceptable). Le programme est disponible dès maintenant au Royaume-Uni et arrivera aux États-Unis d’ici la fin de l’année.

Le deuxième programme, FBA Liquidations, permet aux vendeurs de récupérer une partie de leurs coûts d’inventaire sur leurs articles retournés ou en surstock en les revendant via les partenaires de revente en gros d’Amazon. Le programme est diffusé aux États-Unis, en Allemagne, en France, en Italie et en Espagne, et arrive au Royaume-Uni en août.

« Les retours des clients sont une réalité pour tous les détaillants, et que faire de ces produits est un défi à l’échelle de l’industrie », a déclaré Libby Johnson McKee, directrice d’Amazon. « Ces nouveaux programmes sont des exemples des mesures que nous prenons pour nous assurer que les produits vendus sur Amazon, que ce soit par nous ou nos partenaires de petites entreprises, sont bien utilisés et ne deviennent pas des déchets. »

L’annonce intervient quelques semaines après que le diffuseur britannique ITV News a partagé des images enregistrées à l’intérieur de l’entrepôt Dunfermline d’Amazon montrant des appareils électroniques grand public, des bijoux, des livres, des paquets de masques faciaux et plus encore mis de côté pour la destruction. Les articles neufs et retournés signalés comme devant être détruits auraient été envoyés dans la « zone de destruction » de l’entrepôt.

Un ancien employé d’Amazon a affirmé que l’objectif hebdomadaire d’articles détruits est d’environ 130 000, dont la moitié sont neufs et l’autre restitués, bien que cela puisse parfois atteindre 200 000.

Greenpeace était l’une des organisations environnementales à critiquer le gaspillage apparent d’Amazon. Le groupe a déclaré que l’enquête a montré qu’Amazon « fonctionne dans le cadre d’un modèle commercial fondé sur la cupidité et la vitesse ».


Articles recommandés