fbpx

Uber : un ancien ingénieur plaide coupable d’avoir volé des secrets commerciaux à Google

Par

le

Anthony Levandowski, ex-ingénieur d’Uber accusé de vol industriel par Waymo, plaide coupable de l’un 33 chefs d’accusations.

En août 2019, le procureur américain du district nord de la Californie a inculpé l’un des ingénieurs automobiles de haut niveau de la Silicon Valley pour 33 chefs de vol et tentative de vols des secrets commerciaux de Waymo avant de rejoindre Uber dans le cadre de l’acquisition d’Otto, sa compagnie de camions autonomes.

Selon un nouveau rapport de Reuters, Anthony Levandowski a accepté de plaider coupable d’avoir volé des secrets commerciaux à Waymo, propriété de Google, où il était ingénieur en chef jusqu’à son départ pour se lancer dans sa propre entreprise. L’ingénieur de 40 ans est impliqué dans la bataille juridique depuis trois ans et aurait normalement encouru jusqu’à 10 ans de prison pour chacun des 33 chefs d’accusations.

L’accord verra Levandowski être déchargé de tous les autres chefs en échange d’avoir admis avoir pris 14000 fichiers de Google, y compris un document sensible qui décrivait les plans, les mesures et les solutions technologiques de Waymo pour son projet de voiture autonome. L’ingénieur a déclaré faillite plus tôt ce mois-ci après qu’un tribunal lui ait ordonné de payer 179 millions de dollars pour mettre fin à un différend juridique concernant son départ de la filiale d’Alphabet.

Il fait toujours face à une peine potentielle de 24 à 30 mois de prison pour le chef d’accusation restant et une amende pouvant atteindre 250 000 $, sans oublier les 750 000 $ destinés à couvrir les frais de Waymo pour aider à l’enquête. Son avocat, Miles Ehrlich, a expliqué que « M. Levandowski est un jeune homme avec d’énormes talents et beaucoup à contribuer au monde en évolution rapide de l’IA et de l’AV et nous espérons que cet appel lui permettra d’avancer dans sa vie et de se concentrer ses énergies là où elles comptent le plus. »

Un porte-parole de Waymo a déclaré que « le plaidoyer de culpabilité de M. Levandowski lors d’une audience pénale aujourd’hui met fin à une affaire déterminante pour notre entreprise et l’industrie de l’auto-conduite, et souligne la valeur de la propriété intellectuelle de Waymo. »

Quant à Uber, la société a accepté de verser un règlement financier de plus de 245 millions de dollars en fonds propres Uber à Waymo, ce qui donne effectivement à ce dernier une participation de 0,34%. De plus, Uber devra soit autoriser la technologie de Waymo, soit développer la sienne, mais la société se porte bien dans l’ensemble, avec une expansion continue au Moyen-Orient et soi-disant beaucoup d’argent en caisse pour surmonter la crise du coronavirus.


Articles recommandés