fbpx

La police américaine utilise le robot Spot de Boston Dynamics

Par

le

La police américaine du Massachusetts teste le robot Spot de Boston Dynamics dans les environnements jugés trop dangereux pour un policier.

La dernière fois que nous avions entendu parler de Spot, c’était en septembre, lorsque Boston Dynamics avait annoncé sa mise en vente auprès d’entreprises appartenant à des «industries sélectionnées». Les exemplaires seraient aussi chers qu’une automobile de luxe, mais la police américaine du Massachusetts a décidé d’en louer un à partir d’août jusqu’à novembre.

La station de radio WBUR et l’Union américaine des libertés civiles (ACLU) du Massachusetts ont rendu compte de l’utilisation de Spot par la police américaine du Massachusetts (MSP). Un porte-parole des forces de l’ordre a déclaré que le robot était utilisé pour surveiller les appareils suspects et les emplacements dangereux. Il a été impliqué dans au moins deux «incidents» policiers, bien que cela ne soit pas précisé.

Boston Dynamics déclare que l’accord de licence écrit conclu avec les clients de Spot ne permet pas d’utiliser le robot à des fins qui blesseraient ou intimideraient des personnes.

Il est intéressant de noter que l’accord entre la société et la MSP indique que le ministère ne peut publier aucune photo publique de Spot. La police n’est pas autorisée à la prendre. Pourtant, Boston Dynamics a montré une vidéo de son robot utilisé par le MSP lors d’une conférence plus tôt cette année.

L’ACLU a averti que beaucoup de gens ne savent pas comment les systèmes robotiques sont utilisés et où ils sont actuellement déployés dans le Massachusetts.

«Trop souvent, le déploiement de ces technologies se produit plus rapidement que ne le font nos systèmes sociaux, politiques ou juridiques. Nous avons un besoin urgent de plus de transparence de la part des agences gouvernementales, qui devraient informer le public de leur intention de tester et de déployer de nouvelles technologies. Nous avons également besoin d’une réglementation nationale protégeant les libertés civiles et la justice raciale à l’ère de l’intelligence artificielle », a déclaré Kade Crockford, directrice du programme Technology for Liberty à l’ACLU du Massachusetts.

Articles recommandés