fbpx

Uber ajoute les scooters électriques de Cityscoot à son application sur Paris

Par

le

Cityscoot s’associe à Uber pour développer les options de mobilité dans Paris. Ainsi, les scooters électriques du premier ont été ajoutés à l’application Uber.

Uber ajoute des scooters électriques à son application à Paris. À compter du mois prochain, 4 000 scooters exploités par la startup Cityscoot seront disponibles à la location directement dans l’application Uber. L’ajout des scooters électriques intervient alors qu’Uber tente de devenir l’application de mobilité de facto pour les villes tout en limitant ses énormes pertes de trésorerie.

Combinée à l’intégration récemment annoncée du transport en commun à l’application, l’ajout des scooters électriques signifie que Paris accueillera la plus grande gamme d’options de mobilité d’Uber. À côté des voitures, des trottinettes et des vélos, les scooters seront présentés sur l’écran d’accueil ainsi que dans la liste des options après la saisie d’une destination. Conduire un scooter électrique Cityscoot ne changera pas de prix; cela coûtera quand même 29 cents la minute, le paiement étant automatiquement géré sur l’application Uber.

Bien sûr, Uber risque de se concurrencer lui-même en proposant un nouveau mode de transport. Pourquoi prendre un vélo ou un chauffeur, alors que vous pouvez simplement utiliser un scooter électrique? Mais Uber affirme que les scooters n’empiètent pas trop sur ses autres services. Il estime que les trottinettes sont conçues pour des trajets très courts d’une longueur moyenne de 2 km ou moins, des vélos pour des trajets moyens de 3 km et les scooters pour des trajets de 4 km ou plus en moyenne.

«Notre partenariat avec Uber complète leur offre et nous permet d’accroître la visibilité de leur vaste base de clients», a déclaré Bertrand Fleurose, PDG de Cityscoot, dans un communiqué. «Grâce à la commodité et à la facilité d’utilisation de nos cyclomoteurs électriques, je suis convaincu que cela se traduira par des trajets supplémentaires.»

Cityscoot est le dernier service de location tiers apparu dans l’application d’Uber, bien qu’il ne soit pas détenu par Uber. L’année dernière, la société de téléphonie mobile a formé un partenariat avec Lime, ce qui a finalement permis à la start-up de scooter électrique de louer des véhicules à deux roues et de les payer via l’application Uber.

Les cyclomoteurs électriques, comme les scooters avant eux, suscitent un intérêt accru de la part des investisseurs. Cityscoot a collecté environ 50 millions de dollars lors d’une levée de fonds l’année dernière. Et plus récemment, Revel, de Brooklyn, a collecté 27 millions de dollars pour développer son activité de location de cyclomoteurs électriques aux États-Unis.

Le partenariat avec Cityscoot est intéressant étant donné l’histoire compliquée d’Uber dans la ville des lumières. La société a dû faire face à la résistance de groupes de taxis lors de son lancement en France. Le gouvernement a mis fin à son service UberPop à faible coût en 2015, à la suite de nombreuses manifestations violentes contre les VTC, et a arrêté deux dirigeants accusés d’avoir dirigé une opération de transport illégale. Uber a temporairement fermé son service à Paris en 2016 pour protester contre les nouvelles réglementations gouvernementales visant à réprimer les applications de téléphonie mobile.

Plus récemment, toutefois, Paris est devenu le pivot de la croissance d’Uber en Europe. La société a annoncé l’année dernière la construction d’un nouveau centre de technologies de pointe à Paris, le premier centre de recherche et développement de la société ride-hail situé hors d’Amérique du Nord.

Articles recommandés