fbpx

DeepL, l’alternative à Google traduction utilisant l’intelligence artificielle

Par

le

DeepL, un nouveau service de traduction développé par une startup allemande, surprend par la qualité de ses traductions.

Les géants de la traduction tels que Google et Microsoft sont confrontés à un concurrent petit mais puissant. DeepL, une startup de Cologne a été fondée par un ancien employé de Google. Elle fournit un outil de traduction qui produit un texte plus naturel que n’importe lequel de ses gros concurrents comme le célèbre google traduction.

Le service utilise une technologie dite d’apprentissage approfondi (Deep Learning) basée sur des réseaux de neurones artificiels. Mais comment ça marche exactement ?

DeepL, du dictionnaire au traducteur

Avant le lancement du nouvel outil de traduction en août 2017, l’entreprise travaillait depuis longtemps dans le «secteur des langues». En 2009, ils ont lancé un dictionnaire appelé Linguee. Quelle était sa particularité ? Outre diverses options de traduction, il proposait des échantillons de textes déjà traduits dans des paires de langues choisies.

Il a rassemblé ces exemples de texte sur Internet en utilisant des robots spéciaux qui aident à l’indexation Web, appelés robots d’exploration. De nombreux exemples de textes proviennent de documents d’institutions multilatérales telles que l’Union européenne.

Un algorithme de machine learning formé par l’homme calcule ensuite la structure et la signification du texte rassemblé et apprend comment certaines idées sont exprimées dans une autre langue. De plus, les utilisateurs peuvent laisser des commentaires et noter les traductions manuellement. En neuf ans, Linguee.com s’est amélioré en internalisant un nombre toujours croissant de traductions de grande qualité. C’est ainsi devenu la base d’un nouvel outil de traduction.

DeepL signifie « apprentissage approfondi »

L’apprentissage approfondi ou Deep Learning est un aspect de l’intelligence artificielle (IA) qui veut reproduire l’apprentissage humain. Auparavant, les programmeurs écrivaient des commandes individuelles pour chaque tâche qu’un ordinateur devait effectuer. Ils construisent maintenant un réseau de neurones artificiels pouvant être formés en montrant à l’ordinateur des exemples existants. Plus il y a d’exemples, mieux l’ordinateur peut apprendre. Les données massives ont encore amplifié ces possibilités de machine learning.

Le Deep Learning est un algorithme qui utilise plusieurs couches d’informations de traitement. « Deep » fait référence au nombre de couches à travers lesquelles les données sont transformées. Aujourd’hui, cette technologie est présente dans les voitures autonomes, casques de réalité virtuelle ainsi que dans les logiciels de reconnaissance faciale. Et maintenant, cela nous aide également avec la traduction.

DeepL traduction

Bien plus qu’un apprentissage approfondi

DeepL n’est pas le seul outil à utiliser la technologie du Deep Learning au cours des deux dernières années. Les géants d’Internet tels que Google, Microsoft et Yandex l’utilisent également. Mais qu’est-ce qui différencie DeepL ?

Tout d’abord, les performances du réseau de neurones reposent sur la qualité du matériel d’entrée utilisé pour la formation. Et voici que le « grand frère » Linguee entre en jeu, car il a fourni des milliards d’échantillons de traduction de haute qualité.

« Les données de Linguee constituent un matériel de formation de très haute qualité », a déclaré le porte-parole de la société, Lee Turner Kodak.

Ce n’est pas seulement la qualité des données qui a rendu DeepL possible.

« Nos chercheurs connaissent bien les derniers développements dans le domaine et ont mis en place une architecture de réseau de neurones unique », a-t-il souligné.

Cependant, la manière dont la technologie est mise au point reste secrète. La société ne veut pas perdre son avantage sur le marché.

DeepL : trois fois plus puissant que Google Translate

Pour contrôler la qualité de la traduction, DeepL exécute des tests à l’aveugle réguliers pour s’assurer que le programme garde ses normes élevées. La société soutient son affirmation d’être «la meilleure machine de traduction du monde» avec les résultats d’un test d’aveugle d’août 2017 publiés sur son site Web. Le test à l’aveugle a comparé les résultats de DeepL à ceux de traducteurs de leurs concurrents: Google, Microsoft et Facebook.

Les machines ont reçu 100 phrases à traduire de l’anglais en allemand, français et espagnol et de ces trois langues en anglais. Après l’expérience, des traducteurs professionnels ont examiné le texte produit et évalué la qualité de la traduction. DeepL a été choisi trois fois plus souvent que Google, car sa traduction semblait plus naturelle.

En décembre dernier, DeepL a lancé de nouveaux services de traduction en russe et en portugais. Avec ces deux langues, DeepL propose désormais neuf langues européennes et 72 combinaisons de langues au total. Google Translate en compte plus de 100. Mais la startup ne veut pas rattraper son retard trop rapidement. Les fondateurs croient que la qualité est plus importante que la quantité.

Articles recommandés