fbpx

Nintendo, Sony et Microsoft s’unissent pour faire front contre Donald Trump

Par

le

Nintendo, Sony et Microsoft ont décidé d’unir leur force contre les taxes douanières du gouvernement américain.

Microsoft, Nintendo et Sony ont envoyé une lettre commune au gouvernement des États-Unis pour faire part de leurs préoccupations concernant les les taxes douanières imposées sur les tarifs qui auraient une incidence sur la fabrication de leurs consoles de jeu en Chine.

Dans la lettre datée du 17 juin et adressée à Joseph Barloon du Bureau du représentant du commerce des États-Unis (USTR), les dirigeants du secteur expliquent comment les tarifs sur les consoles de jeux vidéo nuisent aux consommateurs, aux développeurs, aux revendeurs et aux fabricants. Les tarifs douaniers de l’USTR «risquent également de nuire à l’emploi» et «d’empêcher l’innovation».

Microsoft, Nintendo et Sony soulignent dans leur lettre qu’en 2018, plus de 96% des consoles de jeux vidéo ont été construites en Chine. Réaffecter la totalité de la fabrication aux États-Unis ou dans un autre pays perturberait la chaîne d’approvisionnement actuelle et augmenterait les coûts  » même au-delà du coût des tarifs proposés « .

« En une seule année (2018), nos trois sociétés ont vendu ensemble plus de 15 millions de consoles de jeux vidéo aux seuls États-Unis. Ensemble, nous employons actuellement près de 8 000 personnes dans l’ensemble des États-Unis », indique la lettre, mentionnant en outre les 43 milliards de dollars l’industrie du jeu vidéo a généré des revenus l’an dernier.

Les tarifs proposés ajoutent une taxe de 25% sur toutes les importations en provenance de Chine. Microsoft, Nintendo et Sony affirment que les tarifs «mettront probablement une nouvelle console de jeux vidéo hors de portée pour de nombreuses familles américaines», si les prix de vente de leurs produits phares augmentent pour compenser la taxe.

Décrivant les répercussions, les trois éditeurs de jeux disent que l’augmentation des tarifs imposés sur les consoles nuira également aux développeurs de logiciels plus petits avec lesquels ils collaborent. « Nos consoles ont généré un vaste écosystème de développeurs de jeux de petite et moyenne taille », indique la lettre. « Un nombre important de jeux joués sur les consoles de jeux vidéo Microsoft, Nintendo et SIE ne sont pas développés par nos sociétés en interne. »

Microsoft, Nintendo et Sony font partie de la demi-douzaine de sociétés de technologie qui ont publiquement demandé à l’administration actuelle d’excuser leurs produits de la hausse des droits de douane sur les produits chinois. En particulier, on s’inquiète des tarifs appliqués aux appareils populaires avant la saison des vacances 2019. L’USTR a tenu les audiences le 17 juin, ce qui signifie qu’elles peuvent entrer en vigueur à tout moment.

Articles recommandés